États-Unis: Boeing trouve un accord avec le ministère de la Justice et s'évite un procès

Aux États-Unis, Boeing s’évite un procès au pénal. L’avionneur mis en cause dans deux crashs d’avions 737 MAX, en 2018 en Indonésie, puis en 2019 en Éthiopie, qui avaient fait au total 346 morts, a conclu un accord avec le ministère américain de la Justice. Boeing plaide coupable : il reconnaît avoir avoir cherché à tromper l’agence américaine de régulation du transport aérien.

En plaidant coupable, Boeing reconnaît avoir bafoué un précédent accord datant 2021. Celui-ci imposait au constructeur américain d'améliorer son programme de conformité et d'éthique sur plusieurs de ses appareils, dont le 737 MAX 8, impliqué dans deux crashs en Éthiopie en 2019 et en Indonésie en 2018, qui avaient tous deux fait 346 morts.

Ce lundi 8 juillet, Boeing a décidé de conclure un accord avec le ministère américain de la Justice (DoJ). Pour ses manquements, le constructeur aéronautique accepte de payer une amende de 243 millions de dollars, et va devoir investir près de deux fois plus (455 millions de dollars) dans des programmes de conformité et de sécurité.

Les familles de victimes se disent aujourd'hui « très déçues ». L'un des avocats confie : « Beaucoup de preuves (...) démontrent que la culture de Boeing est de privilégier les profits à la sécurité. » Les parties civiles ont d'ores et déjà demandé à ce que l'accord soit rejeté lors d'une prochaine audience. Car cet « accord de plaidoyer généreux repose sur des postulats trompeurs et offensants », selon la requête déposée par leurs avocats.

Lire la suite sur RFI