États-Unis: Biden restaure la protection environnementale sur trois réserves naturelles indiennes

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Joe Biden a restauré ce vendredi 8 octobre la protection environnementale sur trois réserves naturelles indiennes en Utah et en Nouvelle-Angleterre. Ces territoires, dont le National monument of Bear Ears, avaient été largement amputés par Donald Trump qui voulait y relancer des exploitations minières.

Avec notre correspondant à Miami, David Thomson

S’il est une femme pour qui la protection des terres indiennes compte, c’est bien Deb Haaland, première Amérindienne ministre aux États-Unis. La secrétaire à l’Intérieur, en charge des territoires fédéraux, ne cache pas son émotion devant Joe Biden, dans les jardins de la Maison Blanche : « Merci monsieur le président pour l’action profonde que vous menez aujourd’hui en protégeant de façon permanente la terre de nos ancêtres.»

Un affront réparé

Tout un symbole. En 2017, son prédécesseur scandalisait les Amérindiens en rabotant drastiquement trois réserves naturelles en Nouvelle-Angleterre et en Utah, le fameux monument national de Bears Ears était ainsi réduit de 85%. Sur cette terre protégée, Donald Trump voulait relancer la production de charbon mais aussi les forages de gaz et de pétrole. Un affront réparé par Joe Biden.

« Ces parcs nationaux font partie de notre identité, a-t-il affirmé. Ils sont plus que de simples merveilles naturelles. Ce sont des biens communs à tous les Américains que nous recevons à la naissance et que nous transmettons de génération en génération. Les préserver, c’est remplir une promesse faite à nos enfants de laisser ce monde dans un meilleur état que celui où nous l’avons trouvé. » Un message à l’opposé de celui de Donald Trump qui à l’époque disait agir en « promoteur immobilier ».

C'est Barack Obama qui a fait de ce site un monument national en 2016. Il comprend notamment les deux buttes qui lui ont donné son nom d'« oreilles d'ours » qui culminent à plus de 600 mètres ; elles sont considérées comme sacrées par plusieurs tribus amérindiennes.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles