Les États-Unis autorisent l’Ukraine à utiliser leurs armes pour frapper des cibles en Russie

L'offensive contre Kharkiv se poursuit depuis trois semaines et face à l'ampleur de l'assaut du Kremlin, l'Ukraine avait demandé à plusieurs reprises l'autorisation d'utiliser des armes occidentales pour frapper à distance le territoire russe. Les États-Unis ont donné leur feu vert jeudi soir. Peu de temps après, Berlin leur a emboîté le pas. Une décision saluée par le président ukrainien Volodymyr Zelensky, lors du sommet Ukraine-Europe du Nord qui se tient à Stockholm.

Jeudi soir 30 mai, le président américain Joe Biden, qui s'y refusait jusqu'ici, a autorisé Kiev à frapper des cibles sur le sol russe pour défendre cette ville. Le responsable américain, qui a transmis l'information, a toutefois ajouté que les États-Unis continuaient à s'opposer à des frappes ukrainiennes en profondeur sur le territoire russe.

Avec cet accord donné par Washington, dans les semaines qui viennent, les Ukrainiens pourront utiliser dans la région de Kharkiv des armes à longue portée comme les missiles sol-sol ATACMS américains, éventuellement les missiles Scalp français, ou encore le Storm Shadow britannique, pour frapper les positions russes qui sont de l'autre côté de la frontière russe. Notamment des aérodromes desquels partent les avions qui larguent des bombes planantes sur les villes ukrainiennes, comme sur Kharkiv, rapporte notre correspondant à Kiev, Stéphane Siohan.

Une décision saluée par le président ukrainien Volodymyr Zelensky, lors du sommet Ukraine-Europe du Nord qui se tient à Stockholm.


Lire la suite sur RFI