Aux États-Unis, un assaut généralisé contre le droit à l'avortement

LExpress.fr
L'interdiction totale des IVG en Alabama n'est qu'une offensive, parmi d'autres, destinées à revenir sur le droit de choisir conquis en 1973.

Nouveau coup de boutoir contre les droits des femmes aux Etats-Unis. L'Alabama vient d'adopter la loi la plus restrictive du pays en matière d'avortement. Le texte ratifié le 15 mai par la gouverneure de cet État du Sud interdit les interruptions volontaires de grossesse (IVG) même en cas de viol ou d'inceste. Il prévoit des peines de prison de 10 à 99 ans pour les médecins pratiquant ces interventions. Plus que pour un viol.  

La décision prise par le Sénat de l'Alabama est loin d'être isolée. Une loi adoptée deux semaines plus tôt en Géorgie interdit l'avortement dès que les battements du coeur du foetus sont détectables, environ à la sixième semaine de gestation, alors que de nombreuses femmes n'ont pas toujours conscience d'être enceintes. Des mesures comparables sont en passe d'être adoptées dans l'Ohio, le Missouri ou encore le Tennessee. 

La puissante organisation de défense des droits civiques ACLU a annoncé son intention de saisir la justice pour empêcher l'application de ces projets. Ils seront donc examinés par plusieurs juridictions susceptibles de les retoquer. 

Objectif : obliger la Cour suprême à abattre Roe v. Wade

Le but des opposants au droit à l'interruption volontaire de grossesse est que cette partie de ping-pong judiciaire se termine devant les neuf juges de la Cour suprême, afin d'obtenir la remise en cause de l'arrêt Roe versus Wade, qui a reconnu en 1973 le droit des femmes à avorter avant que le foetus ne soit viable - terme fixé alors à 22 semaines de grossesse. "Depuis cette date, une minorité activiste, farouchement hostile au droit à l'avortement, attend des présidents républicains qu'ils nomment pendant leur mandat des juges conservateurs à la Cour suprême", souligne Simon Grivet, spécialiste des États-Unis et enseignant à l'université de Lille.  

Un slogan pro-choice lors de la 46e marche pour la vie à Washington, le 18 janvier 2019. Reuters/Joshua Robertshttps://static.lexpress.fr61802201557998700medias_12070c_fill,g_northjpgFILE PHOTO: An abo...Lire la suite sur L'Express.fr

Entre Trump et ses soutiens, petites grâces entre amis

Aux États-Unis, un assaut généralisé contre le droit à l'avortement

La justice américaine saisit un cargo nord-coréen, accusé de violer les sanctions

La cote de popularité de Donald Trump dépasse les 45% pour la première fois