États-Unis: après la victoire de Joe Biden, la bataille du Sénat se poursuit pour les démocrates

Hugues Garnier avec AFP
·2 min de lecture
Le Capitole où siègent les sénateurs américains - Al Drago / Getty Images North America
Le Capitole où siègent les sénateurs américains - Al Drago / Getty Images North America

Pour les démocrates la bataille pour la Maison Blanche est terminée, celle pour le Sénat ne fait que... continuer. Vainqueur de la présidentielle américaine, Joe Biden devra compter sur la chambre haute du Parlement pour pouvoir gouverner sans obstruction.

35 sièges étaient mis aux voix au cours de la journée électorale de mardi dernier dont 23 tenus par des Républicains et 12 par des Démocrates. Et si l'Amérique connaît enfin le nom de son président, elle devra patienter encore un peu avant de savoir si le Sénat sera bleu ou rouge puisqu'il est occupé par 48 sénateurs et 48 démocrates à l'issue de l'Election day.

La Géorgie, État décisif pour le contrôle du Sénat

Tout se jouera en janvier prochain dans l'État de Géorgie où Joe Biden mène de très très peu Donald Trump, obligeant un recomptage des voix tant la marge est faible entre les deux. Le jeune candidat démocrate Jon Ossoff (47,9%) et son adversaire républicain le sénateur David Perdue (49,8%), ont obtenu moins de 50% des voix selon la chaîne américaine CNN.

Il y aura par conséquent un second tour qui aura lieu le 5 janvier 2021. Un autre siège de sénateur sera également en jeu à cette même date et opposera la sénatrice républicaine Kelly Loeffler au démocrate Raphael Warnock, pasteur de l'église baptiste d'Atlanta où prêchait un certain Martin Luther King Jr..

Deux sièges qui, s'ils sont remportés par le camp démocrate, pourraient faire basculer le Sénat où les républicains sont majoritaires depuis janvier 2015.

Si les résultats ne sont pas non plus connus en Alaska et en Caroline du Nord, les derniers chiffres qu'affichent CNN montrent que les deux candidats républicains y sont favoris pour l'emporter. Raison de plus pour les démocrates de tout miser sur la Géorgie pour espérer mettre la main sur la chambre haute, primordiale puisqu'aucune loi américaine ne peut être adoptée sans le vote du Sénat.

Kamala Harris départagera en cas d'absence de majorité

Dans l'hypothèse d'une parfaite égalité entre les deux partis, ce sera à Kamala Harris, vice-présidente élue qui prendra ses fonctions le 20 janvier, de se prononcer pour départager le vote comme le prévoit la Constitution américaine.

Le scénario rêvé pour les démocrates qui gardent la majorité à la Chambre des représentants malgré la perte de quelques sièges concédés au "Grand Old Party". Dans ce contexte, le parti de Joe Biden aurait ainsi la main mise sur le Congrès et donc le pouvoir législatif dans son intégralité.

Mais il y a une instance qui n'échappera pas au parti conservateur: la Cour Suprême. Seuls 3 juges en poste ont été nommés à vie par des présidents démocrates contre 6 par des républicains, dont 3 par Donald Trump. Comme un baroud d'honneur pour le président républicain? Ce dernier n'a pourtant pas encore prévu de concéder la défaite.

Article original publié sur BFMTV.com