États-Unis : après trois jours de débats, le Congrès n'a toujours pas de « speaker », une première depuis 1860

© REUTERS

Les jours se suivent et se ressemblent au Congrès américain. Après trois jours et onze tours de votes, les élus n'ont toujours pas réussi à élire leur nouveau « speaker » , ce qui constitue une première depuis 1860. Jeudi à l'issue d'une nouvelle journée de débat, le favori Kevin McCarthy n'est toujours pas parvenu à accéder au perchoir après une troisième journée de tractations et onze tours d'une élection qui paraît toujours sans issue. Les débats doivent reprendre ce vendredi.

Les élus trumpistes veulent peser dans l'équation

Le représentant de la Californie au Congrès des États-Unis depuis 2007 voit sa nomination toujours bloquée par une vingtaine d'élus, partisans de Donald Trump qui refusent de voter pour lui. Les élus ont expliqué « n'avoir aucune confiance en lui » et refusent, malgré l'appel de Donald Trump, de l'élire à la tête de la chambre des représentants.  En refusant de l'investir, les élus ne peuvent pas prêter serment ni donc voter de projet de loi.

Lire aussi - Bataille au Congrès américain : « Le parti démocrate est aussi divisé que le parti républicain »

Membres de la frange la plus conservatrice du parti, ces élus trumpistes profitent de la très fine majorité républicaine décrochée aux élections de mi-mandat de novembre pour poser leurs conditions. « Nous devons réparer ce système défectueux », a déclaré l'élu du Montana Matt Rosendale depuis l'hémicycle, exhortant d'autres républicains à se joindre à leur fronde.

Kevin McCarthy, qui ne peut pas être élu...


Lire la suite sur LeJDD