Aux États-Unis, après un an de Covid, le taux d'homicide explose

·1 min de lecture

En 2020, 20 000 personnes sont mortes par armes à feu aux États-Unis, soit 50 % de plus qu'en 2019. Une hausse en partie liée à la déstabilisation sociale causée par l’épidémie de Covid-19. Contrairement aux fusillades de masse, ces meurtres concentrés dans les quartiers noirs et latinos du pays, ne font pas la une des médias, mais condamnent les habitants à une insécurité chronique.

Quand on entend parler de violence aux États-Unis, il s’agit en général de fusillades de masse, comme celles qui ont récemment fait 18 morts à Atlanta et à Boulder, ou de violences policières. Ces tragédies mènent à des propositions de loi, des discours politiques, des mobilisations nationales. Mais une autre forme de violence quotidienne, concentrée dans certains quartiers pauvres du pays, tue presque dans l’indifférence. Ainsi, en 2020, près de 20 000 personnes ont été assassinées par balles aux États-Unis, sans compter les suicides, le chiffre le plus élevé en vingt ans." Les fusillades de masse attirent plus d’attention médiatique, elles sont plus choquantes et sensationnelles. Mais il y a un problème de violence par arme à feu chronique dont on parle moins et qui touche les quartiers afro-américains de façon disproportionnée " explique Ronnie Dunn, sociologue à Cleveland State University.Explosion des ventes d'armesIl faut dire que les raisons de la forte augmentation des homicides cette année – en hausse d’environ 50 % à Chicago, 30 % à Los Angeles et 45 % à New York par rapport à...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Etats-Unis, Russie, Chine : la nouvelle guerre froide

Etats-Unis : des salariés Amazon privés de "pause toilette" pour maintenir la cadence

Royaume-Uni : crise de couple entre les Britanniques et leurs policiers

Etats-Unis : ces marxistes américains qui critiquent l’obsession de la race

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"