États-Unis : Après 100 jours de mandat, Joe Biden se fait une place

Le surnom de "papi endormi" donné par Donald Trump à Joe Biden s'éloigne toujours plus : le président américain montre maintenant les crocs. "Le temps des flirts avec les dictateurs est révolu", a-t-il déclaré. Joe Biden n'a pas hésité à répondre "oui" à la question "Vladimir Poutine est-il un tueur ?", question posée par un journaliste. "C'est celui qui dit qui est", a répondu l'intéressé. La Chine, un allié potentiel Les coups de griffes s'enchaînent, et veulent poser des limites mais ne sont pas la priorité. "Joe Biden et son administration ne veulent pas se faire pirater leur première année de mandat", explique Célia Belin, chercheuse pour Brookings Institute. "La priorité c'est la Chine". "Nous ne chercherons pas la confrontation avec la Chine, mais nous savons qu'il y a une profonde compétition", a déclaré le président américain. Dernier coup de griffe, cette fois destiné à la Turquie : Joe Biden est le premier président à avoir reconnu le génocide arménien.