États-Unis: Amazon va aider financièrement ses employées qui devraient voyager pour avorter

Des défenseurs du droit à l'avortement devant la Cour suprême des Etats-Unis le 1er décembre 2021 à Washington
 - Leigh Vogel © 2019 AFP
Des défenseurs du droit à l'avortement devant la Cour suprême des Etats-Unis le 1er décembre 2021 à Washington - Leigh Vogel © 2019 AFP

Amazon va désormais rembourser les frais de déplacement de ses employés américains pour certaines interventions médicales non critiques, y compris les avortements, alors que plusieurs États conservateurs ont voté des lois restreignant l'accès aux interruptions volontaires de grossesse (IVG).
Le géant du commerce en ligne, qui emploie environ un million de personnes aux États-Unis, remboursera jusqu'à 4000 dollars de frais (déplacement et hébergement) pour des traitements qui ne sont pas disponibles dans un rayon de 160 km du logement.

Plusieurs États conservateurs restreignent l'accès à l'IVG

Depuis cet automne, de nombreuses sociétés américaines ont manifesté leur soutien, en interne ou publiquement, au droit des femmes à avorter. Citigroup a indiqué en mars que ses salariées seraient remboursées au cas où elles doivent voyager pour une IVG, précisant qu'il s'agissait d'une réponse aux nouvelles législations dans certains États.

Le 1er septembre 2021, une des lois anti-avortement les plus restrictives des Etats-Unis est entrée en vigueur dans l'Etat républicain du Texas, interdisant toute IVG à partir du moment où un battement de coeur du foetus est perceptible à l'échographie, soit quatre semaines environ après la fécondation.

Depuis, plusieurs textes limitant également l'accès à l'IVG ont été votés dans d'autres États conservateurs comme l'Oklahoma, la Floride, ou le Mississippi.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles