États-Unis: en Alaska, un avion percute un ours lors de son atterrissage

Shéhérazade Ben Essaid
·2 min de lecture
Portrait d'un ours brun (image d'illustration) - JEAN CHRISTOPHE VERHAEGEN
Portrait d'un ours brun (image d'illustration) - JEAN CHRISTOPHE VERHAEGEN

C'est une triste et inhabituelle collision qui a touché un avion de la compagnie aérienne Alaska Airlines samedi. L'avion, en provenance de Cordova, a percuté un ours brun sur la piste d'atterrissage de l'aéroport de Yakutat, en Alaska. Aucun blessé n'a été déclaré parmi les passagers, mais l'animal n'a pas survécu, selon nos confrères du média américain CNN.

Alors que l'équipage se préparait à rejoindre la Terre ferme, deux ours, a priori une femelle et son petit auparavant repérés dans la région par les équipages, ont été aperçus sur la piste d'atterrissage de l'aéroport de Yakutat. Si l'avion a pu les éviter au départ, l'un d'eux s'est finalement heurté au capot du moteur gauche de l'avion, provoquant un impact qui a endommagé le moteur.

"Le train avant (de l'avion, NDLR) a pu éviter les ours, mais le capitaine a ressenti un impact sur le côté gauche après que les ours sont passés sous l'avion", indique le communiqué de la compagnie aérienne Alaska Airlines.

Le cadavre de l'ours a été transporté dans un entrepôt de stockage par les équipes de maintenance et d'exploitation de l'aéroport, selon le responsable de l'information du ministère des transports et des installations publiques de l'Alaska, Sam Dapcevich. Le département du poisson et du gibier de l'Alaska a également été informé de l'incident, afin de procéder à l'élimination appropriée de l'ours, toujours selon nos confrères américains.

Des infrastructures insuffisantes?

Si l'Alaska est connue pour son paysage enneigé et ses animaux, la probabilité qu'un avion entre en collision avec un ours reste très faible.

"Il est rare qu'une telle chose se produise", a déclaré Sam Dapcevich à CNN. "J'ai vécu en Alaska toute ma vie et nous avons eu des avions qui heurtent des oiseaux et d'autres animaux... Mais c'est le premier cas d'ours dont j'aie jamais entendu parler."

Sam Dapcevich se veut également rassurant sur les méthodes employées pour dissuader les animaux de s'approcher de la piste. Il rapporte que des équipes d'exploitation de l'aéroport utilisent des pièces pyrotechniques et des véhicules, qui les éloigneraient. Le jour de l'incident, aucun animal sauvage n'avait été signalé sur les pistes par les équipages.

Et si les infrastructures existantes étaient insuffisantes? Pour le moment, Sam Dapcevich considère qu'il est encore trop tôt pour décider de nouvelles mesures après un incident comme celui-ci.

Article original publié sur BFMTV.com