États-Unis: en Alabama, les employés d'Amazon face à l'anti-syndicalisme de l'entreprise

·1 min de lecture

Lundi 8 février, les 5 800 employés d’Amazon à Bessemer dans l’Alabama, dans le sud-est des États-Unis, commencent à voter pour créer un syndicat. Les conditions de travail de ces derniers se sont détériorées avec la pandémie et la montée en puissance du commerce en ligne. Une première au sein du géant du commerce en ligne réputé hostile au syndicalisme.

Les élections virtuelles, en raison de la pandémie, sont sous tension face aux intimidations de la direction d’Amazon, dénonce Stuart Appelbaum. Il est président du RWDSU, le Retail, Wholesale and Department Store Union qui représente la profession :

« On est sidéré par la campagne anti-syndicale menée par Amazon dans l’Alabama. Ils ont laissé sous-entendre qu’ils fermeraient le site si les gens se syndiquaient, affirme-t-il. Ils ont convoqué les employés un par un, ont posté des tracts de propagande partout, jusque dans les toilettes pour les persuader à voter non. Et bien sûr nous n’avons pas accès à l’entrepôt pour réagir. »

Créer un élan national

Stuart Appelbaum est toutefois confiant, car la majorité des employés ont déjà exprimé leur volonté d’être représentés. « Nous espérons gagner ces élections, mais nous savons aussi que ce sera un long combat, continue le syndicaliste. Ce sont des élections extrêmement importantes qui dépassent le cadre de l’entreprise et son lieu, car nous ne voulons pas que le modèle d’Amazon qui consiste à déshumaniser et à maltraiter les travailleurs soit le modèle pour l’avenir du monde du travail. »

Une victoire dans l’Alabama, conclut-il, serait un élan historique pour la formation de syndicats dans les 800 entrepôts Amazon du pays.

►À écouter aussi : Aujourd'hui l'économie - Amazon est déjà le grand gagnant du confinement