Quinze millions de doses du vaccin de Johnson & Johnson gâchées : "Cela va s'ajouter à la défiance ambiante"

·1 min de lecture

Selon un article du "New York Times" publié ce 31 mars, le vaccin Johnson & Johnson, qui s'injecte en une seule fois, va être privé de 15 millions de doses, bonnes pour la poubelle. Les autorités sanitaires américaines redoutent des retards de livraison. Explications.

Quelle déroute ! Selon un article du New York Times publié ce 31 mars, quelque 15 millions de doses du vaccin contre le Covid-19 de Johnson & Johnson ont été gâchées dans une usine américaine. À l’origine du couac, des travailleurs de Baltimore (Maryland) fabriquant deux vaccins contre le coronavirus, qui ont confondu des ingrédients. Cet échec va avoir de lourdes conséquences en termes d'approvisionnement aux États-Unis. En effet, les régulateurs ont décidé de retarder l'autorisation des lignes de production de l'usine, et de facto leur arrivée dans les centres de vaccination. Un délai supplémentaire dont le pays se serait bien passé.Pourtant, le géant pharmaceutique étasunien J & J était bien en phase de venir doper les campagnes de vaccination grâce à son nouveau sérum unidose, 15 millions de doses correspondant à 15 millions de personnes vaccinées. Le laboratoire n'a pas pour l'instant pas confirmé de chiffre, mais a déclaré que les contrôles de qualité effectués sur place avaient "identifié un lot de substance médicamenteuse n'atteignant pas les standards de qualité". "Ce lot n'a jamais été acheminé jusqu'aux étapes de remplissage et de finition de notre processus de fabrication", a ajouté J & J...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

Quinze ans plus tard, avons-nous déjà oublié ce qui a tué Ilan Halimi ?

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Loi du 9 décembre 1905 : cent quinze ans après, comprendre cette trop incomprise laïcité"