États-Unis : à gauche, une convergence entre Black Lives Matter et la cause palestinienne

·1 min de lecture

Le parti démocrate est divisé sur la question israélo-palestinienne, avec une aile gauche qui voit le conflit sous l’angle de la justice raciale, et une frange plus centriste, incarnée par le président Joe Biden, réticente à condamner les bombardements israéliens.

Depuis le début des hostilités qui ont fait 227 morts du côté palestinien et douze du côté israélien, le président américain Joe Biden est resté très discret sur le conflit. Même si le locataire de la Maison Blanche a en début de semaine invité Benjamin Netanyahou à se diriger vers un cessez-le-feu, il reprenait le 12 mai la position étasunienne habituelle déclarant qu’" Israël [avait] le droit de se défendre quand des milliers de roquettes sont tirées vers son territoire". Et sa porte-parole de préciser que le président se concentrait sur des efforts diplomatiques en privé plutôt que sur des déclarations publiques.À la Chambre des représentants, plusieurs élus démocrates ont adopté un ton très différent. En rupture avec une tradition de soutien presque inconditionnel à l’État hébreu, la jeune aile gauche du parti démocrate parle un langage très militant qui fait le lien entre la cause palestinienne et le combat antiraciste de Black Lives Matter. Sur Twitter, le hashtag " Palestinian Lives Matter " est d’ailleurs utilisé par des activistes à travers le monde pour partager des images des victimes palestiniennes. " Il est de notre devoir de mettre fin au système d’apartheid qui soumet les Palestiniens à un...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

États-Unis : en Caroline du Sud, la peine de mort par peloton d'exécution

Nordahl Lelandais condamné à 20 ans de réclusion pour le meurtre d'Arthur Noyer

Conflit israelo-palestinien : au moins 20 morts, dont neuf enfants

États-Unis : la méritocratie scolaire est-elle "raciste" ? Le débat fait rage à New-York

Elections au Royaume-Uni : en Ecosse, l'économie avant l'indépendance