Publicité

Des États du Nigeria recrutent des miliciens pour affronter les bandes criminelles

Face à l'insécurité et aux gangs, le Nigeria connaît un nouveau pic de recrutement de miliciens pour grossir les groupes d'auto-défense. Le nombre total des membres de ces groupes est difficile à évaluer.

Le gouverneur de Zamfara a annoncé cette semaine la création d'une nouvelle force de 2600 hommes pour combattre les gangs criminels dans cet État du nord-ouest du Nigeria. Dans l'État de Kano, le gouverneur vient de lancer un programme d'entraînement pour 2 500 personnes. Dans celui du Plateau, endeuillé ces dernières semaines par des attaques meurtrières, le gouverneur veut renforcer le dispositif local de sécurité. Et dans l'État côtier du Delta, dans le sud, le gouverneur annonce une force de 2 400 miliciens pour contrer la vague de kidnappings. Ce recours aux groupes d'auto-défense au Nigeria n'est pas une pratique récente. Elle a connu un essor avec l'insurrection Boko Haram dans les années 2010.

Recrutés localement, les membres de ces milices sont perçues comme plus motivées à rétablir la sécurité dans leurs propres communautés. Mais dans un rapport sur le phénomène, en 2022, International Crisis Group soulignait les risques du recours à ce système. Et appelait à plus de régulation pour éviter dérives communautaristes, violations des droits humains ou instrumentalisation par des élites locales.


Lire la suite sur RFI