«Il était tout le temps humilié» : à Nantes, une enseignante devant le tribunal pour violences sur mineurs

© LOIC VENANCE / AFP

Brimades, humiliations, gestes déplacés... Pendant plusieurs années, une institutrice aurait fait vivre un enfer à ses élèves de l'école Saint-Joseph à Carquefou, près de Nantes. Philippe Plantard, le directeur, se souvient d'un des derniers signalements, en 2019. "Un enfant est venu dans mon bureau en pleurs un jour en me disant : 'Sauvez-moi, Monsieur Plantard, s'il vous plaît, sauvez-moi".

 

>> Retrouvez Europe matin week-end - 6-8 en podcast et en replay ici 

Une dizaine de plaintes

L'écolier, tremblant, demande "à être sauvé de son enseignante, parce qu'il était tout le temps humilié", explique le directeur. Cette professeure, c'est Marie-Emmanuelle. L'institutrice comparaît cette fin de semaine pour des faits de violences sur mineurs en présences d'autres mineurs.

Plus d'une dizaine de plaintes ont été déposées par certains parents. "Il se faisait beaucoup humilier, ses camarades aussi", raconte la mère d'un élève. "Ça passait par des violences à lui mettre les bras en l'air pendant 20 minutes jusqu'à qu'il soit en train de pleurer et qu'il demande d'arrêter parce qu'il a vraiment mal, et ce, devant toute la classe", explique un autre parent.

30 mois de prison avec sursis requis

À la barre, l'institutrice de 57 ans, arrêtée depuis juillet 2021, n'a rien reconnu. Elle a toujours été, dit elle, bienveillante. Pour son avocat, Maître Cabioch. Les accusations sont infondées. "Les seules violences physiques qui lui étaient reprochées avaient été classées sans suite pa...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles