Qui était Ayman al-Zawahiri, le numéro 1 d'Al-Qaïda tué par les Américains?

Une photo d'Ayman Al-Zawahiri lors d'une interview, rendue publique le 6 mai 2007. - AFP / SITE INSTITUTE
Une photo d'Ayman Al-Zawahiri lors d'une interview, rendue publique le 6 mai 2007. - AFP / SITE INSTITUTE

"Soyez averti que les chiens afghans ont trouvé délicieuse la chair de vos soldats. Alors continuez à en envoyer par milliers". C'est ces mots, illustrant la radicalité du personnage, qu'Ayman al-Zawahiri avait choisi pour s'adresser au président Barack Obama lors de son élection en novembre 2008 à la Maison Blanche. Devenu le numéro un d'Al-Qaïda en 2011 à la mort d'Oussama Ben Laden, ce chirurgien égyptien a finalement été tué à l'âge de 71 ans par une frappe américaine menée dimanche à Kaboul. Une opération qui a mis fin à une vie consacrée à une vision extrémiste de l'islam et à un objectif: tuer des "infidèles".

Pointé du doigt comme le cerveau derrière le 11-Septembre, sa mort a été présentée par Joe Biden lundi soir comme l'occasion pour les proches de victimes de "tourner la page". Ayman al-Zawahiri constituait pour nombre d'experts du terrorisme et de la mouvance islamiste la colonne vertébrale idéologique d'Al-Qaïda, ayant apporté au mouvement de Ben Laden - dont il n'avait ni le charisme, ni la fortune - un cadre politique et religieux.

Chirugien de formation

Caractérisé par le bleu sur son front, signe d'une pratique intensive de la prière, Ayman al-Zawahiri est né le 19 juin 1951 dans la banlieue du Caire, au sein d'une famille de hauts dignitaires égyptiens. Son père, professeur en pharmacologie, avait pour oncle un ancien grand imam de la mosquée Al-Azhar, un des centres les plus prestigieux d'apprentissage de l'islam dans le monde. Son grand-père maternel était quant à lui président de l'université du Caire, et ancien ambassadeur.

Suivant d'abord les traces paternelles, Ayman al-Zawahiri, brillant élève, décide d'étudier la médecine à l'université du Caire, dont il sort diplômé d'un master de chirurgie en 1978. Mais son éducation religieuse a commencé bien plus tôt. Âgé seulement de 15 ans, il participe en 1966 à la formation d'une cellule clandestine militante, avec pour volonté de renverser le régime séculaire dans son pays d'origine. En 1967, comme une grande partie de ses compatriotes, il est choqué de la défaite des pays arabes contre Israël lors de la guerre des Six jours.

Sa vision de l'Islam est également profondément influencée par la lecture de Sayyid Qutb, un penseur et militant islamiste voyant le monde divisé en deux pôles, avec d'un côté les croyants et de l'autre les infidèles, dans lesquels il inclut les musulmans modérés. Après l'obtention de son diplôme de chirurgien, Ayman al-Zawahiri officie brièvement dans le duplex de ses parents, puis travaille dans une clinique du Caire soutenue par les Frères Musulmans. Il quitte une première fois l'Egypte pour aller officier au Pakistan, afin de soigner pour le Croissant Rouge des réfugiés fuyant l'invasion soviétique de l'Afghanistan.

À la même époque, il rencontre Azza Ahmed Nowari, avec qui il se mariera en 1979. En 2011, cette dernière également adepte d'une vision extrême de l'islam, refusera en octobre 2001 de se laisser secourir par des hommes après un bombardement à Kaboul, alors qu'elle se trouvait sous les décombres, de peur que ces derniers ne voient son visage non voilé. Elle mourra sous les décombres.

Le médecin personnel de Ben Laden

En 1981, il est arrêté une première fois pour son rôle dans la tentative d'assassinat visant le président égyptien de l'époque, Anouar el-Sadate, fustigé dans les rangs islamistes pour avoir signé les accords de paix de Camp-David avec Israël. En prison, il est torturé à de multiples reprises, si bien qu'il finit par livrer le nom d'un de ses collaborateurs. Le New York Times assure que c'est notamment à cause de cette trahison que Zawahiri décide de quitter l'Egypte.

Il va se rendre en Arabie Saoudite, avant de revenir au Pakistan en 1986. C'est là qu'il rencontre Oussama Ben Laden, fils d'une riche famille saoudienne, dans un hôpital où le terroriste donne des conférences. Ayman al-Zawahiri va d'abord devenir le médecin personnel de Ben Laden, avant que les deux hommes ne participent mutuellement à leur construction idéologique.

"Quand Ayman rencontre Ben Laden, il crée une révolution en lui", a expliqué au New Yorker l'Égyptien Montasser al-Zayyat, avocat de nombreux activistes islamistes et ancien co-détenu de Zawahiri.

L'Égyptien publie alors de nombreux textes, confirmant son statut d'idéologue en chef d'Al-Qaïda, dont certains destinés aux militants, leur expliquant le devoir de tuer des ressortissants américains partout dans le monde. Il a également la délicate tâche de justifier les errements idéologiques de la mouvance terroriste, alors que l'islam interdit le meurtre d'innocents et le suicide.

Inonder le métro de New York de cyanure

Zawahiri se rend avec Ben Laden au Soudan au début des années 90. Les deux hommes sont accueillis par le gouvernement de l'époque, alors que les mouvances islamistes se déchirent en Afghanistan.

Zawahri planifie plusieurs attentats, comme celui - raté - contre le Premier ministre égyptien, ou encore contre l'ambassade d'Égypte à Islamabad, au Pakistan, en novembre 1995.

En 2003, il prévoit même d'inonder le métro de New York de cyanure, mais il abandonne l'idée, jugeant le procédé "pas assez inspirant". De même, il lance un vaste programme d'armes biologiques en Afghanistan, envoyant ses disciples à la recherche de scientifiques et de souches mortelles de bactéries à l'origine de l'anthrax.

Puis en 1996, il tente d'entrer en Tchétchénie, une république à majorité musulmane rattachée à la Fédération de Russie. Il est cependant arrêté à la frontière par les Russes, qui finissent par le relâcher, n'ayant pas réussi à l'identifier.

Sa tête mise à prix

Après les attentats du 11-Septembre, dont il est présenté comme le cerveau, il continue de jouer son rôle d'idéologue du mouvement, publiant de nombreux prêches et vidéos, caractérisés par son ton monocorde. À la mort de Ben Laden, il est naturellement désigné comme le successeur du Saoudien, après un mois de silence radio venant de l'organisation.

Il devient alors l'un des terroristes les plus recherchés du monde, et sa tête est mise à prix à 25 millions de dollars par Washington. Il est déclaré mort à plusieurs reprises, mais fini toujours par réapparaître dans des enregistrements. Lors de sa première prise de parole après la mort de Ben Laden, il indique dans une vidéo de 28 minutes, que son ancien chef va continuer à "terrifier" l'Amérique. "Coup pour coup", promet-il.

Son règne à la tête d'Al-Qaïda se caractérise par la montée en puissance de l'État islamique, et l'affaiblissement de sa propre organisation. En 2015, préparant sa succession et souhaitant remobiliser les troupes, il décide de présenter publiquement Hamza Ben Laden - qui serait mort en 2017 ou 2018 -, un des fils d'Oussama. Il souhaite en faire l'héritier de son père. Ce dernier aurait d'ailleurs épousé une des filles d'al-Zawahri, comme l'indique le New York Times.

Finalement, après s'être terré dans des zones reculées du Pakistan et de l'Afghanistan, Ayman al-Zawahiri semble avoir bénéficié de l'arrivée au pouvoir des talibans à Kaboul l'été dernier pour prendre quelques largesses dans ses habitudes sécuritaires. Dimanche, il a été tué par un drone américain alors qu'il se trouvait sur son balcon, en plein coeur de la capitale afghane.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles