Qui était Abubakar Shekau, le chef fanatique de Boko Haram ?

·1 min de lecture
Arrivé à la tête de Boko Haram en 2010, Abubakar Shekau est donné pour mort par ses rivaux de l'État islamique en Afrique de l'Ouest. Il se serait suicidé, selon l'Iswap.
Arrivé à la tête de Boko Haram en 2010, Abubakar Shekau est donné pour mort par ses rivaux de l'État islamique en Afrique de l'Ouest. Il se serait suicidé, selon l'Iswap.

C'est en 2010 que Shekau prend la tête de Boko Haram et commence à ordonner des massacres de civils, des attentats suicides perpétrés par des enfants ou encore des assauts meurtriers contre l'armée dans le nord-est du Nigeria. À mesure de l'expansion sanglante de son groupe, Shekau réussit à gagner l'attention du monde entier. Notamment en 2014, lorsque Boko Haram enlève près de 300 adolescentes dans leur pensionnat à Chibok. Yeux écarquillés, rire sardonique et prêches ultraviolents : durant plus de dix ans, Abubakar Shekau, le leader de Boko Haram, a donné au monde l'image d'un chef djihadiste fanatique, depuis son fief dans le nord-est du Nigeria. Le slogan « Bring Back Our Girls » (Ramenez-nous nos filles) avait été relayé à l'époque jusqu'à la Maison-Blanche par la First Lady Michelle Obama. Ses rivaux du groupe Iswap, affilié à l'organisation État islamique, ont affirmé dans un document audio que cet homme insaisissable ? et plusieurs fois donné pour mort ? s'était suicidé à l'issue de combats.

À LIRE AUSSI« Hey, Daech » : les États-Unis ne comptent pas récompenser l'État islamique

À LIRE AUSSIAu Nigeria, le chef de Boko Haram « grièvement blessé »

Fils de petits fermiers pauvres

L'histoire de celui que les États-Unis considèrent comme un « terroriste à l'échelle mondiale » est d'abord celle d'un fils de petits fermiers pauvres aux vagues connaissances en théologie qui s'est radicalisé au fil des années. Ses parents, des Kanouris du sud du Niger, s'étaie [...] Lire la suite