Été 85 (Canal+) : La passion selon François Ozon

·1 min de lecture

Après Grâce à Dieu, film grave et bouleversant sur les victimes du prêtre pédophile Bernard Preynat, François Ozon a eu envie de légèreté. De revenir à la douceur, à la lumière de l’été de ses 17 ans, au cours duquel il a lu La Danse du coucou, de l’écrivain anglais Aidan Chambers, histoire d’amitié et d’amour entre deux garçons. Le réalisateur de 8 femmes avait voulu le porter à l’écran pour son premier long-métrage. Il en avait même écrit le scénario, avant de se tourner vers d’autres projets. Le temps de bâtir l’une des plus excitantes filmographies du cinéma français, Ozon s’est souvenu de ses émois de jeunesse, a relu le roman : "J’ai été aussi touché qu’il y a trente-cinq ans". Et, dans la foulée, a tourné Été 85 sur la côte normande.

Coup de foudre

Au Tréport, un jour d’orage, Alexis, interprété par Félix Lefevbre, 16 ans, sort en mer à la barre d’un dériveur. Un coup de vent et son embarcation chavire. Son coeur aussi lorsque David (Benjamin Voisin) se porte à son secours, tandis que les éclairs zèbrent le ciel. Littéralement, un coup de foudre ! Une romance va alors naître entre les deux garçons. Mais ce diable d’Ozon, qui n’aime rien tant que semer le trouble, va y injecter de la cruauté et de la noirceur, avec la mort qui s’invite d’entrée de jeu. Alexis, le narrateur, annonce la couleur (pas f... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi