Éruption de l'Etna : des fontaines de lave impressionnantes saluent Haroun Tazieff et Empédocle

Laurent Sacco, Journaliste
·2 min de lecture

Le 2 février 1998, il y a donc 21 ans ce mois-ci, le grand volcanologue Haroun Tazieff nous quittait. Il faut probablement être quadragénaire au moins pour avoir une pensée émue pour les documentaires sur les volcans qu’il nous a laissés. Il en est malheureusement peut-être déjà de même pour ceux du commandant Cousteau.


Les expéditions de Haroun Tazieff ont fait de l'Etna un véritable laboratoire à ciel ouvert dans les années 1970 (quelques extraits du documentaire « Haroun Tazieff: un héritage oublié »). © Production phyldus

Tazieff était un habitué des éruptions de l’Etna en Sicile qu’il considérait, tout comme le Stromboli et l’Erta Ale, comme un volcan laboratoire pour comprendre les phénomènes éruptifs et donc percer certains des secrets des arcanes de la géodynamique de notre planète Bleue. Il serait plus que centenaire aujourd’hui, puisqu’il était né en 1914, ce qui veut dire que s’il était encore avec nous il se contenterait du World Wide Web et d’un casque de réalité virtuelle pour continuer à rejoindre Torre del Filosofo, le lieu des restes d’une habitation situés à 450 mètres du sommet de l'Etna et que la tradition attribue à Empédocle, le célèbre philosophe grec du Ve siècle av. J.-C. qui a marqué le grand poète Hölderlin.


Le volcan sicilien a connu mardi une nouvelle éruption, spectaculaire mais sans danger, entraînant une pluie de petites pierres volcaniques et de cendres. © euronews (en français)

Des fontaines de lave impressionnantes mais sans danger pour Catane

Toujours selon la tradition, Empédocle faisait de ce lieu le point de départ de ses observations sur les éruptions de l’Etna et un jour il l’aurait quitté pour se suicider lors d’une de ces éruptions.

Carl Sagan dans son mythique ouvrage Cosmos rappelait qu’Empédocle avait été le premier à montrer l’existence matérielle de l’air à partir d’une simple expérience et il aimait penser que celui-ci ne s’était probablement pas donné la mort, mais avait été victime de sa trop grande curiosité et de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura