Comment Éric Zemmour veut introduire le mot « francocide » dans le débat public

© JEFF PACHOUD / AFP

Les universités d’été du mouvement politique d’Éric Zemmour, Reconquête !, se sont achevées le 11 septembre près de Gréoux-les-Bains dans le Var, à quelques kilomètres de la circonscription où il a été battu lors des dernières élections législatives . À l’occasion de cet événement dont il était la star, Éric Zemmour, semble-t-il pas découragé par les 7% récoltés à l’élection présidentielle, a livré un discours fleuve. L’ancien journaliste du Figaro a notamment utilisé le néologisme « francocide » et a enjoint ses soutiens à le copier : « le tabassage, le viol, le meurtre, l’attaque au couteau d’un Français ou d’une Française par un immigré n’est pas un fait divers. C’est un fait politique que j’appellerai désormais francocide ».

Pour justifier l’emploi de ce mot nouveau, Éric Zemmour fait un parallèle avec le terme « féminicide », utilisé dans le débat public depuis quelques années pour parler des hommes qui assassinent une femme avec qui ils entretiennent ou ont entretenu une relation amoureuse. « L’assassin ne tue plus par amour, pas désespoir, par vengeance mais par haine de la femme. Le meurtre d’une femme par une homme ne doit donc plus relever des conditions particulières du crime mais du rapport ancestral de domination des hommes sur les femmes », a semblé concéder Éric Zemmour avant de nuancer : « On peut, et j’avoue que c’est mon cas, contester cette grille de lecture. » En revanche, le succès du mot intéresse le patron de Reconquête ! : « force est de reconnaître ...


Lire la suite sur LeJDD