Éric Zemmour et l’union des droites : «Je ne suis candidat à rien !»

Alexandre Sulzer
Pour Eric Zemmour, l’immigration et l’islam sont le dénominateur commun pour un rassemblement de la droite et du Rassemblement national

L’essayiste ferme la porte aux sollicitations qu’il reçoit pour se lancer en politique et se montre plutôt pessimiste s’agissant d’une possible union des droites.


C’est une petite musique qui monte, qui monte… au sein de la droite extrême. Éric Zemmour serait une hypothèse, un recours, pour 2022. Récemment, c’est le maire de Béziers Robert Ménard qui évoquait le nom de l’essayiste pour prendre le leadership de l’union des droites. Une invitation que l’intéressé décline.

Aux européennes, la liste LREM a attiré à elle un grand nombre d’électeurs de droite. Cela ne remet-il pas en cause votre vieille théorie de l’union des droites ?

ÉRIC ZEMMOUR. Je le dis depuis 2017 : Emmanuel Macron, c’est Louis-Philippe, c’est-à-dire le rassemblement des bourgeoisies : celle de gauche et celle de droite. François Mitterrand disait : « La droite n’a pas d’idées, elle n’a que des intérêts. » Mais il faut relativiser les scores des européennes. Seule la moitié de l’électorat a voté et l’abstention est encore plus remarquable chez les électeurs de François Fillon. Est-ce qu’il existe encore une bourgeoisie patriote qui met le pays au-dessus de ses intérêts ? Si oui, il existe une possibilité de se rassembler avec l’électorat du RN (NDLR : Rassemblement national, ex-FN) et ce, sur les deux thèmes qui me paraissent être le dénominateur commun : l’immigration et l’islam. Si non, si la bourgeoisie patriote a été dissoute dans les métropoles et la mondialisation, nous sommes dans une situation de lutte des classes.

L’immigration et l’islam suffiraient, à vos yeux, à unir les électeurs de droite et du RN ?

Je ne dis pas que c’est le seul élément d’un programme. Je dis qu’il y a une hiérarchie à faire. Ce thème peut même toucher certaines classes populaires qui votent à gauche. Dans toute l’Europe, le sujet majeur est l’immigration et l’islam.

Macron facilite-t-il l’union des droites en accélérant la recomposition politique ou est-ce qu’il la complexifie ?

Il la complexifie. Il est la droite ou (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Municipales à Marseille : Macron botte en touche (pour l’instant)
La France insoumise : Adrien Quatennens en première ligne
Patrick Balkany : «Nous allons être condamnés pour fraude fiscale mais...»
La France insoumise : Mélenchon en quête d’un nouveau souffle
Nathalie Loiseau : «J'ai parlé cash et je le paie cash»