Éric Zemmour boycotté par des annonceurs sur Paris Première, et bientôt sur CNews?

LExpress.fr
Plusieurs marques ont retiré leurs financements d'émissions ou sites jugés d'extrême droite. Le fruit d'une campagne de militants du groupe "Sleeping Giants".

C'est un appel au boycott qui a largement rempli son office. La marque Nutella, bientôt suivie par Monabanq, Groupama, MAAF ou encore la MAIF, ont retiré leurs écrans pubs sur Paris Première à l'heure de diffusion de Zemmour et Naulleau. Soutenir le polémiste Eric Zemmour n'était plus possible après ses déclarations à la "conférence de la droite", jugées racistes, et qui font l'objet d'une enquête au parquet de Paris. 

LIRE AUSSI >> Éric Zemmour maintient ses propos sur l'islam et l'immigration 

Loin de réagir d'elles-mêmes, les marques ne faisaient que répondre à l'appel au boycott lancé par un groupe d'activistes sur le net, intitulé Sleeping Giants ("les Géants endormis"), branche française d'un groupe américain créé en novembre 2016, peu après la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle. Des appels consistant à interpeller les marques publiquement sur les réseaux sociaux, avec la technique toujours très efficace du "name and shame", soit de rendre publics les agissements de ceux dont on veut changer le comportement. 

Aux Etats-Unis, Sleeping Giants a réussi à faire mettre un genou à terre au célèbre présentateur de Fox News, Bill O'Reilly, et surtout à Breitbart News, le site de l'ancien conseiller ultra-conservateur de Donald Trump, Steve Bannon. Ce dernier a même qualifié le groupe de "the worst", "les pires", lors d'une réunion. 

Une méthode à l'efficacité redoutable

Cette campagne contre les propos racistes, sexistes, antisémites et homophobes est reprise en France par une poignée d'activistes, que L'Express a pu contacter. Ils se présentent comme un groupe de particuliers "pas militants politiques ou associatifs, pas des personnalités 'influentes' sur les réseaux sociaux", qui ne travaillent pas dans le domaine du marketing, à l'inverse de la maison-mère américaine, dont le fondateur a été "doxé" (son identité a été révélée contre son gré) par un média conservateur comme étant Matt Rivitz, lui-même publicitaire.  

Les Français, eux, veillent eux aussi à gar...Lire la suite sur L'Express.fr

Éric Zemmour boycotté par des annonceurs sur Paris Première, et bientôt sur CNews?

Les députés Julien Aubert et Guillaume Larrivé apportent leur soutien à Éric Zemmour

Éric Zemmour maintient ses propos sur l'islam et l'immigration

Patrick Buisson s'apprête à lancer "La Cause", une fondation politico-culturelle