Éric Piolle candidat à la primaire écolo: 3 choses à savoir sur ses idées

·1 min de lecture
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

POLITIQUE - Il veut incarner “l’écologie qui gagne”. Lors d’une conférence de presse à Paris ce mercredi 30 juin, le maire écologiste de Grenoble Éric Piolle s’est officiellement lancé dans la course à la présidentielle de 2022 en promettant “une alternative à 40 années d’impuissance” et de “néolibéralisme farouche”. 

Premier écolo arrivé à la tête d’une ville de plus 100.000 habitants en 2014, l’édile de 48 ans passera d’abord par la case de la primaire EELV, qui aura lieu l’automne prochain, en se mesurant notamment à ses collègues Sandrine Rousseau, déjà candidate, et Yannick Jadot, qui ne cache pas ses ambitions pour l’Élysée.

Projet présidentiel, union de la gauche, laïcité... Voici trois choses à retenir du lancement de campagne d’Éric Piolle, auquel a assisté Le HuffPost.

L’ISF climatique dans son projet 

Pour 2022, Éric Piolle veut “fédérer un arc humaniste” autour de sa candidature, de manière à créer “une alternative à 40 années d’impuissance” et de “néolibéralisme farouche”.

“Il y a deux pré-requis. Il faut déverrouiller la démocratie en introduisant le climat dans l’article 1 (de la Constitution) et la proportionnelle aux législatives, redonner du sens au Parlement. Le deuxième, c’est de remettre un couvercle sur les ‘puissances de l’argent’, à travers la taxation des produits industriels, un ISF climatique (défendu par Greenpeace) et un taux marginal d’imposition pour les grands revenus”, a-t-il détaillé au sujet ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles