Éric Naulleau menacé de mort : “Une meute qui vous court aux fesses !”

·2 min de lecture

Invité sur le plateau des Grandes Gueules, Éric Naulleau est revenu sur les menaces de mort qu’il a reçues après s’être exprimé sur la liberté d’expression et l’islamisme.

On en veut désormais à sa vie. Invité des Grandes Gueules sur RMC pour la promotion de son premier roman Ruse (éd. Albin Michel), Éric Naulleau a également échangé avec Olivier Truchot et ses chroniqueurs sur les questions de la liberté d’expression et de l’islamisme. À cette occasion, l’ami d’Éric Zemmour a confié avoir reçu "des menaces sur les réseaux sociaux, des menaces d'agression", mais également des menaces "de mort". Aussi effrayant qu’elles puissent paraîtres, ces menaces ne lui ont pas, pour autant, donné envie de se taire. Néanmoins, l’essayiste regrette que "les débats télévisés portent à l’outrance" et note une "radicalisation des opinions".

Lancé, Éric Naulleau estime que "sur certains sujets, tout le monde a reculé d'un pas, même de deux pas, comme sur tout ce qui relève de l'islam, de l'islamisme", avant d’ajouter : "Il y a des choses que l'on n'ose plus dire, parce que l'on tient à sa sécurité, à sa tranquillité". Contrairement à son ami Éric Zemmour, l’essayiste et chroniqueur de Balance ton post ! pense que "l'islam est compatible avec la République [...], mais pointer l'islamisme chez quelques invités d'émissions télévisées, c'est pas sans risque, parce qu'on a une sacrée meute qui se met à vous courir aux fesses !"

"Garder un esprit rationnel"

Malgré tout, Éric Naulleau dit essayer de continuer, "de garder un esprit rationnel, de dire ce [qu'il] pense, de ne pas travestir [sa] pensée", avant d'ajouter : "Mais ce que je ramasse après chaque intervention sur les réseaux sociaux, ça s'aggrave (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Ce contenu peut également vous intéresser :

Le saviez-vous ? La fille de Nicole Kidman et Tom Cruise est scientologue
Kate Middleton s’offre une sortie discrète avec George et Charlotte
Marion Maréchal, "petite-fille du diable" : ce prêtre qui a refusé de la baptiser
Prince Azim de Bruneï : on connaît les causes de sa mort
Thierry Ardisson a la dent dure : “On propulse des gens en prime time qui n’ont jamais fait de télé”