Éric Dupond-Moretti fustige le Syndicat de la magistrature

Éric Dupond-Moretti estime que « le Syndicat de la magistrature a pris fait et cause pour les émeutiers ».  - Credit:THIERRY TONNEAUX / MAXPPP / PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP
Éric Dupond-Moretti estime que « le Syndicat de la magistrature a pris fait et cause pour les émeutiers ». - Credit:THIERRY TONNEAUX / MAXPPP / PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti s'en est pris violemment mercredi au Syndicat de la magistrature (SM, classé à gauche), invité à partir de vendredi à la Fête de l'Huma, sur l'ancienne base aérienne 217 du Plessis-Pâté (Essonne). « Le Syndicat de la magistrature, ce n'est pas la justice », a affirmé le garde des Sceaux en marge d'une visite au tribunal de Narbonne (Aude).

Interrogé sur la présence de ce syndicat de magistrats à la Fête de l'Huma, aux côtés du Syndicat des avocats de France (SAF), Éric Dupond-Moretti a dénoncé avec véhémence cette organisation syndicale à l'origine d'une plainte à son encontre, avec l'Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire), devant la Cour de justice de la République (CJR), pour des soupçons de prise illégale d'intérêts. Éric Dupond-Moretti doit être jugé prochainement par la CJR dans le cadre de cette affaire.

Le « mur des cons »

« Le Syndicat de la magistrature n'a pas pris la mesure de ce qu'était ce pathétique événement qu'était "Le mur des cons" », a dit le garde des Sceaux, faisant référence à une affaire vieille de dix ans, quand un panneau intitulé « mur des cons » avec des photographies de personnalités politiques de droite, magistrats, journalistes et aussi parents de victimes de crimes avait été découvert dans les locaux du syndicat. L'ancienne présidente du SM a été condamnée pour « injure publique » dans le cadre de cette affaire, révélatrice, pour une partie de l'opinion, de la partialité d [...] Lire la suite