Éric Dupond-Moretti appelle RN et LFI à ne pas être "une opposition de blocage"

Éric Dupond-Moretti sur BFMTV - BFMTV
Éric Dupond-Moretti sur BFMTV - BFMTV

Une percée historique. Ce dimanche soir dans le cadre du second tour des législatives, le Rassemblement national de Marine Le Pen a, de manière imprévue, obtenu 89 sièges à l'Assemblée nationale. Un record depuis la création de la formation d'extrême droite par Jean-Marie Le Pen.

Une nouvelle force d'opposition pour la majorité gouvernementale, pour qui la soirée a été un échec, et qui se retrouve forcée à des négociations pour obtenir une majorité absolue sur chaque texte présenté.

Ce dimanche soir sur BFMTV, quelques minutes seulement après l'annonce des résultats, le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti a semblé vouloir poser les premiers jalons de la future mandature. Et il demande aux élus d'oppositions de ne pas être dans le "blocage", mais plutôt dans une attitude "constructive". Quitte à ce que toute l'Assemblée travaille ensemble sur certains textes.

Avancer avec "bon sens"

"Vous savez, quand on propose un texte, il y a un certain nombre d’amendements. Parfois, les amendements sont présentés par milliers pour bloquer le système. Est-ce que c’est de ça dont veulent les Français? Moi je pense que non. Ils veulent en revanche, incontestablement, que l‘on puisse avancer avec beaucoup de bon sens", a-t-il dit, face à l'eurodéputé RN Thierry Mariani.

"C’est en réalité à l’Assemblée nationale que nous verrons et que nos compatriotes verront comment nous nous essayons d’avancer ensemble", a-t-il encore martelé.

Sur notre plateau, face à Alexis Corbière, député Nupes-LFI, le ministre de la Justice a également lancé: "Ou vous êtes une opposition constructive, et nous avançons. Ou vous êtes une opposition de blocage."

Au sujet du Rassemblement national, il a aussi ajouté: "Plutôt que de critiquer le bilan justice, on vous verra, au pied du mur. Et c'est au pied du mur qu'on voit le maçon." Regrettant que les élus d'extrême droite ne votent pas le texte du gouvernement "quand Gérald Darmanin tente d'obtenir un budget important pour renforcer le nombre de policiers".

Devant LR

Le RN, qui ne comptait que huit députés élus en 2017, pourra former un groupe parlementaire pour la première fois depuis 1986, avec sans doute Marine Le Pen à sa tête. Le parti d'extrême droite, qui avait déjà progressé de 5,5 points au premier tour réunissant 18,7% des voix, a devancé en sièges le parti de droite dite parlementaire Les Républicains.

Marine Le Pen, elle-même réélue haut la main dans le Pas-de-Calais (61,03%), a promis d'incarner une "opposition ferme" mais "responsable, c'est-à-dire respectueuse des institutions". Ses nouveaux députés, a-t-elle souligné, défendront "(vos) idées sur l'immigration, la sécurité, le chômage, la justice fiscale et sociale, les territoires oubliés, les citoyens maltraités ou la démocratie bafouée".

Dans une allusion à la prochaine présidentielle, à laquelle "a priori" elle ne devrait pas se représenter, la responsable d'extrême droite a souligné que les députés RN seraient aussi "l'avant-garde de cette nouvelle élite politique qui prendra la responsabilité du pays lorsque l'aventure Macron aura pris fin".

NOTE DE LA REDACTION: Article mis à jour à 10h05 avec les citations complètes d'Eric Dupond-Moretti.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles