Éric Coquerel : le parquet de Paris ouvre une enquête pour harcèlement et agression sexuels

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© Jacques WITT/SIPA
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les affaires ne s’arrangent pas pour Éric Coquerel. Sollicité par l’AFP, le parquet de Paris indique qu’une enquête vient d’être ouverte à l’encontre du président LFI de la commission des finances de l’Assemblée nationale. Cette enquête, ouverte mardi 12 juillet et confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP), fait suite de la plainte déposée par la militante Sophie Tissier le 4 juillet. Pour cette ancienne figure des « gilets jaunes », les faits qu’elle reproche à Éric Coquerel pourraient « s’apparenter à une agression sexuelle ». Elle avait juste avant saisi le comité de suivi contre les violences sexuelles de LFI. Dans cette affaire, Sophie Tissier dénonce le comportement « outrancier » et « harcelant » de la part de la figure insoumise lors d’une soirée remontant au 23 août 2014 à Grenoble.
Lire aussi - Une plainte déposée contre Éric Coquerel pour « harcèlement sexuel »

Même si les faits pourraient être prescrits (le délai maximum étant de six ans pour porter plainte), l’ancienne « gilet jaunes » avait porté plainte à Vanves dans les Hauts-de-Seine. Elle dit avoir été victime de « gestes déplacés » et de « mains baladeuses » de la part du député LFI. Elle explique aussi avoir subi une « drague lourdingue » et un « regard salace et gluant ». Elle a aussi expliqué aux enquêteurs avoir reçu des messages insistants sur son téléphone où le député l’aurait invitée à le rejoindre dans un hôtel. Sentie « traquée », Sophie Tissier aurait reçu comme...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles