Pour Éric Ciotti, ne pas avoir fait barrage à Le Pen en 2017 est un argument de campagne

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Éric Ciotti photographié à l'Assemblée nationale en avril 2020 (illustration) (Photo: via Associated Press)
Éric Ciotti photographié à l'Assemblée nationale en avril 2020 (illustration) (Photo: via Associated Press)

POLITIQUE - C’est le grand jour pour la primaire LR. Enfin, la compétition interne qui refuse de s’appeler primaire. Les différents candidats ont jusqu’à ce mercredi 13 octobre pour déposer leurs candidatures, dont la validité sera étudiée en bureau politique en fin de journée. De quoi entériner une ligne de départ, sur laquelle devrait figurer Éric Ciotti.

Partisan d’une ligne dure, préférant par exemple voir Éric Zemmour plutôt qu’Emmanuel Macron à l’Élysée, le député des Alpes-Maritimes a fait ce mercredi un pas de plus vers la droite de la droite.

Invité sur Sud Radio, il a brandi comme un motif de fierté le fait de ne pas avoir fait barrage à Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2017. “Je suis le seul (au sein des Républicains, NDLR) à ne pas avoir voté pour Emmanuel Macron en 2017”, s’enorgueillit-il, affirmant qu’il ne voulait pas “cautionner” la victoire du candidat marcheur. “Je crois aujourd’hui que les faits me donnent raison”, a poursuivi le candidat, qui accuse le chef de l’État d’avoir “tellement abîmé la France”. Raison pour laquelle il revendique son vote blanc, malgré la présence du RN.

Une déclaration qui est à lire à l’aune de la campagne qui démarre pour l’investiture LR. Car elle vise, de manière indirecte, l’un de ses concurrents, Xavier Bertrand. En 2017, le président des Hauts-de-France avait justifié son départ des LR car il ne “reconnaissait plus” sa famille politique qui “n’a pas voulu dire clairement qu’il fallait voter Emmanuel Macron pour faire barrage à l’extrême droite”. Ce qu’il a répété lundi lors de son passage au JT de TF1.

Or, en rappelant qu’il n’avait pas voulu choisir entre les deux, Éric Ciotti tient à souligner auprès des 80.000 adhérents qui voteront le 4 décembre qu’à l’inverse de l’ex-ministre de la Santé, il n’a jamais glissé un bulletin Emmanuel Macron dans une urne. Et qu’il est resté fidèle, lui, au parti de la Vaugirard. Un rappel loin d’être innocent, alors que Xavier Bertrand martèle qu’il est le mieux placé pour battre l’actuel locataire de l’Élysée.

À voir également sur Le HuffPost: Marine Le Pen fait un retour offensif sur l’immigration, voici pourquoi

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles