Éric Ciotti charge Emmanuel Macron et son « obsession du palabre sans lendemain » dans une lettre ouverte

Le patron de LR Eric Ciotti a réfusé de participer aux nouvelles « rencontres de Saint-Denis » d’Emmanuel Macron (photo d’illustration, 12 octobre 2023)
LUDOVIC MARIN / AFP Le patron de LR Eric Ciotti a réfusé de participer aux nouvelles « rencontres de Saint-Denis » d’Emmanuel Macron (photo d’illustration, 12 octobre 2023)

SAINT-DENIS - Le patron de LR Éric Ciotti, qui a refusé de participer ce vendredi 17 novembre aux deuxièmes « rencontres de Saint-Denis », accuse Emmanuel Macron de « nourrir » la crise démocratique en « démultipliant » des initiatives en dehors des institutions, dans une lettre ouverte dont l’AFP a obtenu copie.

Rencontres de Saint-Denis : qui vient et qui ne vient pas au rendez-vous fixé par Emmanuel Macron

« Vous êtes le président de la République française et vous devez en respecter les institutions », écrit le député des Alpes-Maritimes, dont l’absence à Saint-Denis a été décriée par le chef de l’État comme « une faute politique ».

Après avoir « accordé le bénéfice du doute » lors des premières rencontres organisées le 30 août, Éric Ciotti refuse désormais d’être « caution d’une nouvelle séquence de narration qui n’aboutira à rien », fustigeant une « obsession du palabre sans lendemain ».

« En démultipliant les initiatives extérieures au champ institutionnel, vous participez à les affaiblir et à nourrir la crise de la démocratie », prévient le patron des Républicains, qui appelle Emmanuel Macron à « faire usage » des prérogatives que lui accorde la Constitution.

D’autres chaises vides

La discussion « doit être publique, soit au Parlement, où le peuple délègue ses représentants, soit directement avec le peuple lui-même par référendum », ajoute Éric Ciotti qui demande à la majorité présidentielle de soutenir la « proposition de révision » que propose LR pour consulter le peuple sur l’immigration.

Outre Éric Ciotti, Olivier Faure (Parti socialiste) et Manuel Bompard (La France Insoumise) ont opté cette fois pour la politique de la chaise vide à Saint-Denis.

Les Républicains seront néanmoins représentés par le président du Sénat Gérard Larcher, invité au même titre que la présidente de l’Assemblée Yaël Braun-Pivet.

À voir également sur Le HuffPost :

Le sénateur Joël Guerriau en garde à vue, accusé par une députée de l’avoir droguée pour tenter de l’agresser

Yassine Belattar à l’Élysée, un rendez-vous qui fait hurler la droite et l’extrême droite