Publicité

Équipe de France : avec la réticence des clubs, l'éternel casse-tête du football aux JO

Quand la réalité des clubs se heurte aux ambitions olympiques et à l'union nationale… Thierry Henry fait face à un délicat casse-tête pour constituer son équipe de France en vue du tournoi de football des Jeux de Paris. À l'image du Stade Rennais, les clubs rechignent à libérer leurs joueurs. Une situation familière, rappelant les difficultés de Tokyo.

Être sélectionneur de football pour les JO demande d'être fin diplomate en plus d'avoir des qualités sportives. En effet, alors qu'on pensait qu'avec les Jeux à domicile, l'union nationale serait décrétée pour tenter d'arracher une première médaille depuis 1984, il n'en est rien. Le sélectionneur de l'équipe de France olympique, Thierry Henry, va devoir négocier serré avec les clubs pour que ces derniers libèrent des joueurs pour le tournoi olympique.

Sur le papier, les règles sont simples : la légende d'Arsenal doit convoquer 18 joueurs nés après le 1er janvier 2001, auxquels pourront se greffer "trois footballeurs nés avant cette date", selon le règlement olympique. Comme se rappelle Sylvain Ripoll – son prédécesseur, qui était aux manettes lors des derniers JO à Tokyo –, cela vire souvent au casse-tête face à la réalité. Le tournoi olympique ne faisant pas partie chez les hommes du calendrier Fifa, les clubs n’ont pas l’obligation de libérer leurs joueurs – et ça leur va très bien ainsi.

La douche froide rennaise


Lire la suite sur FRANCE 24