Une équipe de chercheurs israéliens a créé un nanocristal capable de s’autoréparer

·2 min de lecture

Une équipe de chercheurs israéliens a réussi à synthétiser un nanocristal semi-conducteur autoréparant. Celui-ci est composé de double pérovskite, une forme alternative de la pérovskite, un matériel utilisé notamment dans les cellules des panneaux solaires. Une première, pour un matériel semi-conducteur, qui pourrait ouvrir la voie à la création de matériaux autoréparants de plus grande taille.

Un écran de téléphone qui se répare en une nuit ou même des panneaux solaires de satellites ne souffrant plus des impacts de petites météorites. C’est l’objectif que souhaite atteindre une équipe de chercheurs de Technion, l’Institut de recherche technologique israélien, suite à la découverte des propriétés étonnantes du nanocristal semi-conducteur qu’ils ont créé.

En effet, le nanocristal de l’équipe de scientifiques menée par Yehonadav Bekenstein, professeur à la Faculté de science des matériaux et d'ingénierie, a montré des propriétés reconstitutives documentées dans . Celui-ci est fait à partir de la double pérovskite, une forme alternative de la pérovskite, un matériau utilisé dans les panneaux solaires pour sa bonne capacité de conversion de l’énergie solaire en énergie électrique.

Une découverte inattendue durant l’observation du nanocristal

Pour aboutir à ce résultat, l'équipe de scientifiques a synthétisé un nanocristal de double pérovskite à une échelle nanométrique, qui est la taille minimum pour qu’une particule reste naturellement stable. En changeant la taille, la forme et la composition de ce nanocristal, les chercheurs ont pu ainsi modifier ses propriétés physiques. Leur but initial était de créer une alternative écologique à la pérovskite hybride qui est notamment mélangée avec du plomb, un métal polluant, pour augmenter son rendement. Ils ont donc remplacé le plomb par un matériel organique ayant une efficacité similaire. Après avoir chauffé leur nanocristal à une température de 100 degrés, les chercheurs l’ont observé au microscope électronique à transmission, qui transmet un flux d’électrons dans la matière pour permettre son observation. C’est à ce moment-là qu'un phénomène surprenant a eu lieu : les électrons envoyés par le microscope ont créé un trou dans le nanocristal et ce trou se déplaçait sur celui-ci sans jamais toucher ses bords !

Un phénomène expliqué par les propriétés uniques de la pérovskite

Pour comprendre la dynamique de ce trou[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles