Équateur: le président Guillermo Lasso limoge son gouvernement après des démissions en série

Le président équatorien Guillermo Lasso a demandé la démission de tous les ministres de son gouvernement, à trois semaines de la fin de sa première année au pouvoir. Une tentative de reprendre la main après une semaine marquée par la démission de quatre de ses ministres.

Insécurité en forte hausse, crise profonde dans les prisons où plus de 350 détenus ont été massacrés depuis l’an dernier, blocages de l’opposition majoritaire au Congrès qui vient de rejeter le projet de loi de développement économique du gouvernement... Les temps sont durs pour le président équatorien, rapporte notre correspondant à Quito, Éric Samson.

Guillermo Lasso vient de perdre son ministre de la Défense, Luis Hernández, après la mort suspecte de « Don Naza ». Cet homme avait ses entrées au ministère où il captait des fonds pour des opérations financières illégales. Pedro Álava, son ministre de l’Agriculture, n’a pas résisté aux pressions des secteurs agricoles, notamment des producteurs de banane qui ont vu leurs exportations s’effondrer à la suite de la fermeture des marchés russes et ukrainiens.

Reprendre la main face à la grogne

Le ministre de l’Énergie et des Mines, Juan Carlos Bermeo, vient lui aussi de démissionner, ainsi que Bernarda Ordóñez, la secrétaire d’État aux Droits de l’homme qui, entre autres, désapprouve la politique officielle pour résoudre la crise dans les prisons.

Pour l'instant, le président a nommé Xavier Vera à la tête du ministère de l'Énergie. Il n'a pas encore annoncé ses choix pour les autres portefeuilles.

Alors que de nombreux secteurs sociaux ont appelé à des manifestations combatives pour le 1er mai, le président Lasso a essayé de reprendre la main en demandant la démission de son gouvernement. Son intention est de commencer sa deuxième année de pouvoir avec une équipe rénovée qui puisse lui redonner une petite marge de gouvernabilité.

Une année marquée par les violences

Au cours de cette première année, son gouvernement est parti en guerre contre les trafiquants de drogue, provoquant une hausse de la criminalité et des affrontements meurtriers entre gangs, y compris dans les prisons où 350 détenus ont trouvé la mort depuis février 2021.

Le ministre de l'Intérieur, Patricio Carrillo, avait reconnu la semaine dernière que l'Équateur traversait une crise liée à la criminalité qui a fait 1 180 morts depuis le début de l'année. En 2021, l'Équateur avait saisi le chiffre record de 210 tonnes de drogue, principalement de la cocaïne, et au cours des quatre premiers mois de l'année, les saisies de drogue ont déjà atteint les 75 tonnes, avait précisé mardi M. Lasso.

► À lire aussi : Prisons en Équateur: le président Guillermo Lasso annonce la grâce de 5000 prisonniers

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles