Équateur: le Parlement débat d'une demande de destitution à l'encontre du président Lasso

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après treize jours de grève générale en Équateur, le Parlement s’est réuni, samedi 25 juin, pour étudier la possible destitution du président libéral Guillermo Lasso, à qui il est reproché, entre autres, sa politique économique qui aurait appauvri une partie de la population équatorienne. Le président est également critiqué pour sa réponse aux manifestations, jusqu’ici inflexible.

Avec notre correspondante à Quito, Alice Campaignolle

Un seul point à l’ordre du jour de la session parlementaire n°782 : la destitution du président pour « grave crise politique » après plus de dix jours de grève générale pour dénoncer la vie chère notamment. Des protestions réprimées violemment par les forces de l’ordre, cinq personnes au moins sont mortes parmi les manifestants.

Ce mécanisme constitutionnel permettrait au Parlement de pousser le président Guillermo Lasso vers la sortie, mais, comme il l’a exprimé à travers son secrétaire juridique Fabian Pozo, cela n’a rien de légitime, selon lui : « N’importe quel démocrate devrait repousser la demande faite par ces parlementaires car ce qu’ils cherchent à faire, c’est à détourner un mécanisme constitutionnel de contrôle politique dans le seul but de déstabiliser le pays », a-t-il déclaré.

Lasso desserre l'étau

►À lire aussi : À la Une: l’impossible dialogue en Équateur


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles