Équateur: des morts, des blessés et même des policiers portés disparus

La mobilisation contre la vie chère, et notamment le prix des carburants, entre dans son dixième jour en Équateur. Et la situation est très tendue. Des milliers d'indigènes manifestent et affrontent la police et l'armée, déployées dans les rues du pays par le président Guillermo Lasso. Dix-huit policiers sont portés « disparus » dans l'Est, a déclaré le ministre de l'Intérieur Patricio Carrillo.

Dix-huit policiers sont portés disparus après une attaque, mardi soir, dans la ville de Puyo, province amazonienne de Pastaza, dans l'est de l'Équateur.

C'est le ministre de l'Intérieur Patricio Carrillo qui l'a annoncé ce mercredi 22 juin en conférence de presse. La foule a attaqué directement le poste de police, a-t-il déclaré.

Les assaillants ont incendié le bâtiment, les policiers étaient sur place. Six d'entre eux ont été grièvement blessés, trois sont retenus en otages et 18 sont portés disparus, a détaillé M. Carrillo.

La succursale d'une banque a également été incendiée, relate-t-il.

Nous n'allons pas nous laisser intimider. Nous allons conserver les mêmes dispositifs (de sécurité). Les violences de Puyo montrent qu'ils ne veulent pas le dialogue

« Une fois de plus, nous lançons un appel public au dialogue, au mouvement indigène et à ces groupes radicaux responsables de ces actes insensés », a par ailleurs affirmé Patricio Carrillo, ajoutant que le président Guillermo Lasso reconnaissait « les justes revendications » et cherchait à créer un « consensus ».

Les manifestations ont déjà fait des morts et plusieurs dizaines de blessés en Équateur.

Un autre manifestant est décédé en tombant dans un ravin.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles