Équateur: le leader indigène Leonidas Iza devant la justice pour «paralysie du service public»

AP - Dolores Ochoa

Ce lundi 4 juillet, à Lacatunga en Équateur, devrait démarrer le procès de Leonidas Iza, le leader indigène qui a mené la grève générale pendant 18 jours. Devenu une véritable figure politique nationale, il comparait libre devant la justice pour avoir coupé la circulation dans le cadre des manifestations. Certains dénoncent un procès politique.

Avec notre correspondante en Amérique latine, Alice Campaignolle

Un à trois ans de prison, c’est ce que prévoit le Code pénal équatorien en cas de « paralysie du service public », ce pourquoi est poursuivi Leonidas Iza.

Dans le cadre de la grève générale, le président de la Conaie, l’organisation rurale et indigène la plus puissante d’Équateur, a organisé et été à la tête de blocages d’axes routiers dans tout le pays. Il a été placé en détention au tout début du mouvement, puis relâché sous contrôle judiciaire, une arrestation qui a cristallisé les tensions.

Le président appelé à témoigner

Quant au gouvernement, il a dénoncé un arrêt de l’économie qui a fait perdre beaucoup d’argent au pays - l’industrie pétrolière étant restée quasiment à l’arrêt pendant 18 jours. Le président Guillermo Lasso lui-même est appelé à témoigner dans ce procès, car il avait exprimé publiquement le fait qu’il ne permettrait pas que des mécontents paralysent le pays.

►À lire aussi : Équateur: le président Lasso suspend le dialogue avec les indigènes et échappe à la destitution

De là à penser que ce procès est politique, il n’y a qu’un pas que certains n’hésitent pas à franchir : en 2021, déjà, Guillermo Lasso avait affirmé qu’Iza devait terminer « derrière les barreaux ».

Il se jouera donc beaucoup de choses lundi dans la salle d’audience. Car si Leonidas Iza est condamné, notamment à de la prison ferme, cela pourrait pousser les peuples et nationalités indigènes qu’il représente à se radicaliser.