Équateur : le président Lasso, menacé de destitution, baisse le prix des carburants

© Adriano Machado, Reuters

Les députés équatoriens ont continué dimanche à débattre de l'éventuelle destitution du président Guillermo Lasso. Dans la soirée, ce dernier a annoncé une baisse du prix des carburants en guise de "main tendue" aux manifestants.

En Équateur, les députés ont repris dimanche 26 juin leur débat sur une destitution éventuelle du président Guillermo Lasso, au treizième jour des manifestations indigènes contre le coût de la vie.

À la demande de députés soutenant l'ancien président socialiste Rafael Correa (2007-2017), le Parlement monocaméral examine depuis samedi soir cette demande de destitution de Guillermo Lasso, que des députés d'opposition rendent responsable de la "grave crise politique" qui secoue le pays depuis le 13 juin.

Suspendus dans la nuit de samedi à dimanche, les débats ont repris par téléconférence en fin d'après-midi. Plus d'une trentaine de parlementaires devaient encore s'exprimer avant un possible vote. Une majorité de 92 voix sur 137 est nécessaire pour que la procédure de destitution soit adoptée, alors que l'opposition est majoritaire mais divisée au sein de l'Assemblée. Le chef de l'État, un ancien banquier au pouvoir depuis mai 2021, a délégué son secrétaire juridique Fabio Pozo pour le représenter devant l'assemblée.

"Main tendue"

Dimanche soir, Guillermo Lasso a annoncé une baisse du prix des carburants, dans une proportion néanmoins inférieure aux demandes des indigènes. "J'ai décidé de réduire le prix de l'essence de 10 cents (de dollar) par gallon (3,78 litres) et le prix du diesel également de 10 cents le gallon", a déclaré le président équatorien dans une allocation radio-télévisée.

Cette réduction va porter le prix du diesel à 1,80 dollar, et celui de l'essence à 2,45 dollars. La puissante confédération des nationalités indigènes (Conaie), fer de lance des manifestations, exigeait une baisse des prix des carburants à 1,50 et 2,10 dollars. En moins d'un an, le diesel a grimpé de 90 % (à 1,90 dollar) et l'essence de 46 % (à 2,55 dollars).

"Les Équatoriens qui cherchent le dialogue trouveront un gouvernement qui a la main tendue. Ceux qui cherchent le chaos, la violence et le terrorisme trouveront la pleine force de la loi", a assuré le président Lasso.

"Nous battre dans la rue"

Depuis le 13 juin, des milliers de manifestants indigènes sont mobilisés à travers le pays pour protester contre la hausse du coût de la vie et exiger notamment une baisse du prix des carburants. La police évalue leur nombre à près de 10 000 dans la capitale.

Les violences entre manifestants et forces de l'ordre ont fait cinq morts, selon une ONG des droits de l'homme. Environ 500 personnes ont été blessées – civils, policiers et militaires –, selon différentes sources.

Barrages et blocages sur les routes continuent dans 19 des 24 provinces du pays. Des pénuries sont déjà signalées à Quito, où les prix ont grimpé en flèche et de nombreux marchés restent fermés.

La production de pétrole en Équateur est à un "niveau critique" et cessera d'ici 48 heures si ces manifestations et blocages se poursuivent, avait affirmé plus tôt dimanche le ministère de l'Énergie, évoquant une production déjà réduite ce jour à 50 % de la normale.

"(...) Le vandalisme, la saisie des puits et la fermeture des routes ont empêché le transport des fournitures et du diesel nécessaires au maintien des opérations", selon le ministère. Le pétrole, extrait dans les provinces amazoniennes, est le premier produit d'exportation du pays. "Les pertes économiques dans leur ensemble (...) s'élèvent à 500 millions de dollars", selon le ministre de la Production, Julio José Prado.

"Abandonner la violence"

La journée de dimanche a été calme, sans cortège dans les rues de la Quito, où les manifestants sont restés se reposer, notamment dans un centre culturel indigène et dans deux universités qu'ils occupent.

Le leader du mouvement, Leonidas Iza, chef de la Confédération des nationalités indigènes, s'est exprimé devant quelques-uns de ses partisans dans le parc Arbolito, l'un des cœurs de la contestation, promettant la poursuite des manifestations. "Demain nous allons nous réunir pour continuer à nous battre dans les rues, aujourd'hui nous allons nous réorganiser", a-t-il lancé.

>> À lire aussi : Leonidas Iza, le leader indigène qui défie le pouvoir en Équateur

Depuis Rome, le pape François a appelé au calme dimanche : "Je suis avec inquiétude ce qui se passe en Équateur", a dit le pape juste après sa traditionnelle prière dominicale de l'Angelus. "J'encourage toutes les parties à abandonner la violence et les positions extrémistes", a-t-il ajouté, "apprenons (que) la paix sociale ne peut être trouvée que par le dialogue, bientôt je l'espère".

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles