Épuisement, surmenage, irritabilité... Comment éviter le burn-out ?

© PIXABAY

C'est un sujet très sensible. On en parle de plus en plus ces dernières années, mais en connaît-on réellement la définition du burn-out et ses signes distinctifs ? Il est parfois compliqué de savoir quand on en souffre, d'en parler autour de soi, et même de se faire prendre en charge avant que la situation n'empire. Cathy Assenheim est psychologue clinicienne, spécialisée en neuropsychologie, et autrice du livre Je suis épuisé !. Elle était l'invitée de Bienfait pour vous sur Europe 1 pour vous donner des conseils sur le surmenage.

>> Retrouvez toutes les émissions de Mélanie Gomez et Julia Vignali de 11h à 12h30 sur Europe 1 en replay et en podcast ici

Depuis quand remonte le burn-out ?

Si le terme est assez récent, "ça existe depuis toujours", affirme la spécialiste. "Avant, on associait ça au côté dépressif, on parlait d'ailleurs de dépression nerveuse." En réalité, "ça fait une dizaine d'années qu'on commence à en parler en termes de pathologie physiologique", poursuit Cathy Assenheim.

Avant cela, la question se posait différemment. "Il y a aussi eu une évolution de la société qui fait qu'on accorde beaucoup de place au bien-être", dit-elle. Les femmes et les hommes des générations précédentes "ne se posaient pas la question" du burn-out, jusqu'au moment où ils s'écroulaient. "On leur donnait d'autres étiquettes, de maladies diverses et variées", comme la folie ou la dépression.

>> LIRE AUSSI - Changement de vie : trois conseils pour rebondir après un burn-ou...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles