Épreuves de spécialités, contrôle continu, grand oral... Face au Covid-19, le casse-tête du Bac 2021

·2 min de lecture

Face à l'épidémie, et alors que les premières épreuves du baccalauréat approchent, le gouvernement entend privilégier la « flexibilité ». Une ordonnance du 24 décembre prévoit que les modalités de l'examen peuvent être modifiées jusqu'à quinze jours avant l'examen. Un casse-tête en approche pour les élèves, établissements et ministère.

Le stress, l'appréhension et l'angoisse n'ont pas vocation à s'arrêter avec l'année 2020. Pour les lycéens, possiblement futurs bacheliers, 2021 devrait présenter les mêmes symptômes. En cause : l'organisation du bac. Un grand « bazar » à en croire Émilie, 17 ans, élève en terminale dans un lycée parisien. Comme ses camarades, au moins les plus studieux, elle a passé les vacances de Noël à travailler, à réviser encore et encore, le nez dans ses fiches bristol. En ligne de mire, les fameuses épreuves de spécialités prévues dans quelques semaines, au mois de mars, avant de basculer quelque temps plus tard vers l'épreuve de philosophie et le grand oral, comme le prévoit le « nouveau bac ». « Tout ça, c'est le programme initial. Mais aujourd'hui, aucun de mes profs ne peut me garantir que les choses vont se passer ainsi », s'inquiète la jeune fille.Le gouvernement lui-même assume ce flou, bien qu'il le nomme autrement : « Flexibilité ». Dans une ordonnance du 24 décembre, publiée deux jours plus tard au Journal officiel, il indique que des « adaptations » dans l'organisation des épreuves peuvent être prises et communiquées aux...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Covid-19 en 2021 : "Une troisième vague n’est pas inéluctable"Les municipales ont-elles accéléré l'épidémie de Covid-19 en France ?Covid-19 : des plus aux moins sévères, les consignes fixées pour les fêtes dans le mondeCovid-19 : quelques jours avant Noël, la ruée sur les tests a débutéHéroïque ou conformiste : avant le Covid-19, les aventures culturelles du masque