Épineux. À New York, le traditionnel sapin de Noël est à l’image de 2020 : déprimant

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

Tous les ans, l’arbre symbolique de cette période festive est élevé en face du Rockefeller Center. Néanmoins, le spécimen de cette année semble bien mal en point, note le Washington Post, qui voit là le véritable symbole d’une année 2020 à oublier.

“L’épicéa – installé à l’emplacement prévu grâce à une grue – avait l’air un peu fatigué ce dimanche. Ses branches basses semblaient nues et ses épines étaient aussi raplapla que nos cheveux en sortant de la douche. Par-dessus le marché, il était de guingois.”

C’est par cette description ironique et impertinente que le Washington Post décrit sur son site l’arrivée du nouveau sapin de Noël new-yorkais devant le Rockefeller Center, une tradition suivie par la ville américaine depuis 1931 et maintenue en 2020 malgré les circonstances.

Mais voilà, après un long voyage, ce géant de 23 mètres de hauteur est arrivé dans la Grosse Pomme dans un état de fraîcheur discutable, comme le montre la vidéo de NBC ci-dessous, ce qui a provoqué beaucoup de commentaires ironiques de la part des internautes.

“On dirait que le sapin a essayé de se couper les cheveux tout seul”, ironise sur Twitter le pianiste Chris Ryan. “On voit que, comme nous, il a traversé de sacrées épreuves en 2020”, écrit un autre internaute. “Même lui est fatigué de 2020”, se moque de son côté le politologue américain Ian Bremmer. Des commentaires relayés par le Washington Post, qui voit donc dans cet arbre une métaphore de l’annus horribilis qui vient de s’écouler.

Une chouette fin d’année malgré tout ?

Très sportivement, le média américain donne néanmoins la parole à la défense, en rapportant la riposte du compte officiel du Rockefeller Center, qui a ainsi répondu aux internautes impertinents :

Vous autres avez sans doute fière allure après deux jours de route, n’est-ce pas ? Attendez juste que j’allume mes lumières ! Rendez-vous le 2 décembre !”

Une référence au long

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :