Une «épidémie de solitude» : le Covid-19 continue d'affecter la santé mentale des jeunes

© PIXABAY

On l'a découvert à la sortie du premier confinement. Les conséquences sur la santé mentale des Français ont été désastreuses, tout particulièrement chez les plus jeunes. Deux ans plus tard, les chiffres des tentatives de suicide chez les jeunes se sont encore dégradés. Solitude, sinistrose, manque de perspective… Ils sont de plus en plus nombreux à avoir des idées noires et à se mettre en danger. Des états dépressifs déclenchés par la crise du Covid-19 et qui fait des victimes de plus en plus jeunes. À Nantes, un centre de prévention du suicide des jeunes accueille et accompagne les 15-20 ans pour une prise en charge psychiatrique et psychologique.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Ils suivent des cures d'une dizaine de jours. "Les jeunes sont en difficulté. On a même parlé d'épidémie de solitude", alerte le docteur Rachel Bocher, dans son unité de prévention du suicide des jeunes. "La pandémie a mis le projecteur sur la santé mentale des jeunes, qui a été totalement oubliée, niée ou minimisée. En disant des jeunes : 'Toute façon, ça passera toujours.'"

Un travail psy plus profond en période de crise

Cette cheffe du service de psychiatrie veut maintenant des moyens pour son équipe où notamment la psychiatre Lucie Gaïdra doit restreindre l'âge limite de la prise en charge à 20 ans au lieu de 25, faute de places.

"Ce serait nécessaire qu'on ait plus de places. C'est ça qui est vraiment compliqué, c'est qu'on voit qu'il y a beaucoup de demandes et que...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles