Épices : des anomalies dans un produit sur quatre

·1 min de lecture
Des irrégularités demeurent dans de nombreux échantillons (illustration). 
Des irrégularités demeurent dans de nombreux échantillons (illustration).

La qualité des épices vendues sur le marché français, poivre, paprika ou safran, a progressé par rapport à 2016, mais des anomalies persistent dans « un produit prélevé sur quatre » par la Direction de la répression des fraudes en 2019, contre « un sur deux » trois ans plus tôt. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a réalisé 219 visites de producteurs, importateurs, distributeurs, sites de vente en ligne et fait analyser 138 prélèvements de juillet à octobre 2019 sur le marché français, selon un communiqué publié mardi.

Ces opérations s?inscrivent dans le cadre d?un « plan de contrôle européen » conduit à l?initiative de la Commission européenne ciblant « poivre, paprika et piment, cumin, curcuma, safran et origan ». Les enquêteurs de la DGCCRF ont « notamment contrôlé que les épices commercialisées ne comportaient pas de colorants non autorisés, qu?elles n?étaient pas contaminées ou adultérées (présence d?amidon, de grignons d?olives?), et qu?elles vérifiaient les normes spécifiquement applicables à leur catégorie ».

Des pesticides dans l?origan bio

Conclusion : « Bien que le taux d?anomalies soit plus faible que celui constaté en 2016 (26,4 % en 2019 contre 50 % précédemment), certaines d?entre elles persistent », souligne la DGCCRF, qui évoque parmi ces anomalies « la présence de matières étrangères ou de substances de charge », visant à en diminuer le coût de revient, « de colorants exogènes [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles