Éoliennes et terres rares : décryptage avec Dominique Vignon

·1 min de lecture

Les éoliennes. Il y a d’un côté, ceux qui les rejettent en bloc. L’animateur Stéphane Bern, pour qui elles sont « une négation de l’écologie ». Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France et candidat à sa réélection, quant à lui, martèle : « Il y en a marre de défigurer la France. » De l’autre côté, ceux qui les défendent, envers et contre tout. Comme Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, qui rappelait récemment « l’importance de développer l’éolien » avec pour objectif de multiplier le parc éolien terrestre français par 2,5 entre 2019 et 2028.

Qui a raison ? Qui a tort ? « La question est compliquée. C’est ce qui la rend intéressante, nous fait remarquer Dominique Vignon, président du Pôle Énergie de l’Académie des technologies. Et il y a beaucoup de publications remarquables sur le sujet, ces derniers temps. »

Les terres rares sont un groupe de métaux finalement assez répandus dans la croûte terrestre. Pour la fabrication des aimants permanents d’éoliennes, c’est surtout le néodyme (Nd) et le dysprosium (Dy) qui sont utilisés. © Fox-Dsign, Adobe Stock
Les terres rares sont un groupe de métaux finalement assez répandus dans la croûte terrestre. Pour la fabrication des aimants permanents d’éoliennes, c’est surtout le néodyme (Nd) et le dysprosium (Dy) qui sont utilisés. © Fox-Dsign, Adobe Stock

Les terres rares au centre du débat ?

Prenons, par exemple, l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Une source que l’on peut qualifier de scientifiquement sûre. Elle a publié en mai de cette année, un rapport intitulé « The role of critical minerals in clean energy transitions », comprenez « Le rôle des minéraux essentiels dans la transition vers une énergie propre ». « Sur ce point, il y a un sujet », nous confirme Dominique Vignon.

Dans le scénario de la transition écologique, si certains occupent le simple rang de figurant, d’autres ont en effet décroché les premiers rôles. C’est le cas de quelques minéraux. Le cuivre, le lithium, le nickel ou encore le cobalt. Mais aussi, les fameuses terres rares. « La dénomination est trompeuse, car en réalité, on trouve des terres rares un peu partout dans le monde, mais à des concentrations très faibles », nous précise le président du...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles