Énergie: relance d'un projet de gazoduc transsaharien

Le projet de gazoduc transsaharien (le TSGP), est relancé. Ce projet de gazoduc de 4 000 kilomètres qui prendrait sa source au Nigeria, traverserait le Niger, pour rejoindre la côte algérienne à des fins d’exportation vers l’Europe. Les ministres nigérien, algérien et nigérian ainsi que leurs équipes se sont réunis à Abuja en début de semaine. Une seconde rencontre après celle qui s’était tenue à Niamey en février 2022. Cette réunion tripartite a permis de confirmer la volonté des trois États de relancer ce projet qui était en berne depuis plusieurs années.

Un comité de pilotage a été formé à Abuja et les premières étapes d’une feuille de route ont été fixées. La priorité : mettre à jour l’étude de faisabilité de ce gazoduc réalisée en 2006 et qui avait été revue en 2012. Le mot d’ordre : « Avancer vite et bien ». Une prochaine rencontre tripartite est prévue à Alger à la fin du mois de juillet.

« Une fenêtre s’est ouverte »

Pourquoi relancer aujourd’hui ce projet ? « Une fenêtre s’est ouverte », confie un expert. Le prix du m3 cube de gaz a explosé ; énergie fossile, le gaz est cependant promu dans la transition énergétique. De plus, le contexte politique et sécuritaire pousse les Européens à chercher de nouvelles sources d’approvisionnement.

Dix milliards de dollars

Aujourd’hui, confie le même expert, les investisseurs devraient être plus enclins à s’impliquer dans ce projet dont le coût est estimé à plus de 10 milliards de dollars. Autre point en faveur du gazoduc transsaharien : l’Algérie et le Nigeria ont chacun avancé sur d’autres projets d’infrastructures qui pourraient être mises à profit pour le TSGP.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles