Énergie: l'Italie débloque 14 milliards d'euros supplémentaires face à la flambée des prix

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Pour compenser la hausse des prix de l’énergie, l’Italie débloque 14 milliards d’euros d’aides supplémentaires. Rome va financer ce nouveau soutien grâce à une taxe sur les profits des énergéticiens.

Mario Draghi, le Premier ministre italien, l'a annoncé lundi 2 mai dans la soirée : l'Italie va débloquer 14 milliards d'euros d'aides supplémentaires pour faire face à la flambée des prix de l'énergie. « Ces mesures représentent 14 milliards d'euros, qui s'ajoutent aux 15,5 milliards déjà prévus. On arrive donc à un total de près de 30 milliards d'euros, soit deux points de pourcentage du produit intérieur brut (PIB) », a-t-il déclaré devant la presse à l'issue d'un Conseil des ministres.

► À lire aussi: Gaz: l'Italie frappe à toutes les portes pour ne plus dépendre de la Russie

Pour financer ces aides supplémentaires, Mario Draghi ne veut pas recourir à une rallonge budgétaire. La dette publique italienne est déjà très élevée ; elle représente aujourd’hui 160% du PIB du pays.

Mario Draghi va donc s’appuyer sur la taxe sur les surprofits des sociétés du secteur de l’Énergie, instaurée en mars. Elle passera de 10% à 25%. Pour lutter contre la hausse des prix, le gouvernement a également annoncé prolonger jusqu’en juillet sa remise de 30 centimes à la pompe.

L’objectif de ces mesures est de « défendre le pouvoir d’achat des familles et la capacité de production des entreprises », a indiqué Mario Draghi. Il y a urgence car l’Italie est confrontée à une forte inflation. En mars, le pays a enregistré un taux de 6,7%, du jamais-vu depuis 30 ans.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles