Énergie : les intoxications au monoxyde de carbone en hausse à cause de braseros

© Pixabay

Depuis septembre 2022, plus de 70 personnes ont été intoxiquées au monoxyde de carbone après avoir chauffé leur logement avec des appareils non prévus pour cet usage. Plus de la moitié d'entre elles ont été hospitalisées. Les remontées des centres antipoison font état d’une hausse des utilisations de braseros et de barbecue en intérieur pour se chauffer. C’est le cas notamment en régions Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté, où 25 intoxications au monoxyde de carbone ont été remontées depuis septembre.

 

>> LIRE AUSSIPourquoi les détecteurs de CO2 peuvent améliorer la lutte contre le coronavirus

 

Parmi elles, un tiers sont dues à l’utilisation de braseros de barbecues rentrés à l’intérieur des maisons.

"Malgré un automne doux, on observe déjà des accidents"

Une situation inédite selon la pharmacienne Céline Moulut, du centre antipoison et de toxicovigilance de Nancy : "On est très étonnés. Le début de cet automne est relativement doux, la saison de chauffe n’a pas véritablement commencé, et pourtant on observe déjà des accidents. Et c’est directement lié à la précarité énergétique Les gens utilisent ces systèmes là pour se chauffer et mettent en jeu leur santé".

"En extérieur, les appareils type braseros, barbecues ou groupes électrogènes émettent toujours une petite quantité de monoxyde de carbone qui se disperse dans l’air", rappelle l’Anses. En revanche, dans un espace clos, la concentration en monoxyde de carbone dans l’air intérieur peut rapidement augmenter. ...


Lire la suite sur Europe1