Énergie : un chef d'entreprise se décarcasse pour ne pas devoir délocaliser aux États-Unis

Face à la flambée des prix de l’énergie , des chefs d’entreprises, implantés en France, craignent de devoir délocaliser leur production à l’étranger pour réduire la facture. C’est le cas du dirigeant de l’usine française de Toshiba près de Dieppe, qui devrait voir sa facture d’électricité multipliée par cinq en 2023. Europe 1 a rencontré un patron qui se pose beaucoup de questions sur l'avenir.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

À chaque fois qu’Alain Verna ouvre la porte de son usine d’encre de tonner, il a un pincement au cœur. Depuis la crise énergétique , pour le dirigeant du site, cet entrepôt est synonyme d’inquiétude. "Si d'un seul coup, la facture énergétique s'élevait trop fortement, la maison mère au Japon pourrait être tentée de délocaliser une partie de nos productions vers l'usine américaine plus tôt, qui, elle, continuerait de bénéficier de tarifs énergétiques normaux", explique-t-il.

Travailler la nuit et le week-end pour limiter les coûts ?

Ce scénario extrême, Alain Verna cherche à tout prix à l’éviter pour ne pas perdre 10% de son chiffre d’affaires et ne pas se séparer d’une partie de ses 40 intérimaires. Alors, il ruse avec les coûts : "L'impact qui aujourd'hui serait de l'ordre de trois millions d'euros, un tiers peut être limité par le fait de travailler la nuit et le week-end", raconte-t-il au micro d'Europe 1.

Si ces efforts n’étaient pas suffisants, ce patron qui a gravi les échelons et qui connaît l’entreprise par cœur tempor...


Lire la suite sur Europe1