Énergie : au Chili, les groupes français investissent dans le solaire

Atacama, au nord du Chili, est le désert le plus sec du monde. Ici, tout n'est que poussière et gravats. Mais dans ces terres arides poussent désormais un peu partout des champs entiers de panneaux solaires. Il s'agit de la troisième plus grande centrale photovoltaïque du pays. On y trouve 378 880 panneaux très exactement, soit l'équivalent de 700 terrains de football. C'est le groupe français EDF qui a fait le pari, il y a quatre ans, de l'énergie solaire en Amérique du Sud. Il a investi au total 369 millions d'euros au Chili.

Le désert Atacama, une terre bénie du dieu soleil "À Atacama, on a 360 jours de soleil par an. Sans aucun nuage, et c'est surtout ici que le rayonnement du soleil est le plus élevé au monde", explique un ingénieur chilien. Les groupes français Total et Engie ont également investi, faisant monter à 10% la part du solaire dans le pays, ce qui est cinq fois plus qu'en France. En cinq ans, dix milliards d'euros seront dépensés dans les énergies renouvelables au Chili.