Les émotions dans un atelier de philosophie : obstacle ou condition de la découverte ?

En effet, l'étonnement ne constitue le moment inaugural du « philosopher » qu'à condition de s'accompagner de la découverte et de la reconnaissance de sa propre ignorance et du désir d'en sortir, que si l'on découvre que ce qu'on tenait pour évident est en réalité obscur et que cette découverte fait naître le désir de savoir, l'amour de la sagesse soit littéralement la philo-sophie. L'émotion de la découverte est donc nécessaire en philosophie car elle est la marque d'une inquiétude qui interroge, un sentiment de perplexité face au réel et à ses pensées. En cela elle se distingue de l'émerveillement contemplatif, de la passivité qui ne s'engage pas dans une recherche de sens.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles