Des émissions massives de CO2 sont à l'origine de la plus grande extinction de masse sur Terre

·2 min de lecture

Les enregistrements sédimentaires révèlent que la crise biologique de la fin du Permien est associée à une importante perturbation du cycle du carbone et à une augmentation dramatique de la température du globe.

Cette crise biologique se reconnait dans les séries sédimentaires permiennes du monde entier par une excursion négative rapide d’un isotope du carbone. En effet, le carbone possède deux isotopes stables, le 12C (majoritaire) et le 13C (plus rare). Ce qui intéresse principalement les scientifiques, c’est la proportion relative entre ces deux isotopes (δ13C) ainsi que ses variations au cours du temps. Lorsque le taux de 12C augmente par rapport au taux de 13C, on parle ainsi d’excursion négative du δ13C.

Un cycle du carbone perturbé

Dans un article publié dans la revue PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America), Ying Cui et ses coauteurs montrent que deux excursions négatives ont eu lieu au Permien et qu’elles sont corrélées avec deux phases d’extinction biologique (limite Permien-Trias et début du Trias). Les deux événements semblent donc être en lien. Mais la cause de cette perturbation du cycle du carbone est encore mal comprise. Elle pourrait notamment être liée à l’intense activité volcanique qui a lieu au même moment au niveau des Trapps de Sibérie et à la libération massive de CO2 dans l’atmosphère terrestre.

Une émission massive et rapide de CO2 volcanique

Les Trapps de Sibérie représentent ce que l’on appelle une Grande Province Volcanique : imaginez une surface de 6 millions de kilomètres carrés en éruption ! L’activité volcanique des Trapps de Sibérie a duré environ 1 million d’années et a produit un volume gigantesque de laves, mais pas uniquement. L’activité volcanique aurait également été associée à l’émission massive de gaz, comme le SO2 (dioxyde de soufre) et le CO2 (dioxyde de carbone).

Des perturbations environnementales sévères qui auraient causé la disparition de la quasi-totalité des espèces...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles