Les émissions de CO2 des raffineries de pétrole continuent d'augmenter : quelles sont les solutions ?

·1 min de lecture

« Les activités humaines sont à l’origine d’un réchauffement de l’atmosphère, de l’océan et des terres. C’est sans équivoque. » Voilà ce que rappelait récemment le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). Pour réparer cela, nous allons devoir changer nos manières de vivre. Plus encore, nos manières de consommer de l’énergie.

Les énergies fossiles restent au cœur de nos approvisionnements en énergie. Tout en étant responsables d’une grande part de nos émissions de gaz à effet de serre (GES). Et le raffinage du pétrole est plus particulièrement concerné encore. Il est réputé être le troisième émetteur de GES. Ainsi, comprendre les tendances – passées et futures – en la matière apparaît crucial pour orienter les réductions des émissions.

Sur le premier graphique, l’évolution de la production des raffineries de pétrole entre 2000 et 2018, en fonction de la région du monde dans laquelle elles sont installées. Sur le deuxième graphique, l’évolution des émissions de CO2, toujours en fonction de la région. Et sur le troisième, l’évolution des émissions en fonction de l’âge des raffineries. © Tianyang Lei et al., Cell Press
Sur le premier graphique, l’évolution de la production des raffineries de pétrole entre 2000 et 2018, en fonction de la région du monde dans laquelle elles sont installées. Sur le deuxième graphique, l’évolution des émissions de CO2, toujours en fonction de la région. Et sur le troisième, l’évolution des émissions en fonction de l’âge des raffineries. © Tianyang Lei et al., Cell Press

Des solutions pour réduire les émissions

Des chercheurs viennent justement de réaliser un inventaire mondial de ces émissions de GES depuis 2000 ainsi qu’une projection jusqu’à 2030. Au tout début du XXIe siècle, le monde comptait 755 raffineries qui émettaient 1,0 gigatonne (Gt) de CO2 pour produire 87 millions de barils par jour (Mbpd). En 2018, tous ces chiffres avaient augmenté. Le nombre de raffineries était passé à 946, la production à 98 Mbpd et les émissions à 1,242 Gt.

Si aucune mesure n’est prise, les chercheurs projettent qu’entre 2020 et 2030, les raffineries de pétrole pourraient continuer à émettre de plus en plus de CO2. Jusqu’à 16,5 Gt ! Mais ils proposent aussi des stratégies d’atténuation dépendantes de l’âge de l’installation notamment. Comme l’amélioration de l’efficacité des raffineries ou encore, la...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles